Isabelle Joschke, Jean Le Cam lui avait dit "tu l'as gagné ton Vendée Globe". Elle est arrivée ce mercredi

Ce mercredi, Isabelle Joschke est revenue aux Sables d’Olonne presque 108 jours après avoir quitté le port. Malgré son abandon le 9 janvier dernier et une escale de 10 jours à Salvador de Bahia, la navigatrice est allée au bout. Une victoire saluée par son ami Jean le Cam.

Isabelle Joschke à son arrivée aux Sables d'Olonne pour le Vendée Globe 2020-2021
Isabelle Joschke à son arrivée aux Sables d'Olonne pour le Vendée Globe 2020-2021 © Jean-Marie Liot - VG2020

Pour accueillir Isabelle Joschke, Jean Le Cam était présent. Le roi Jean a offert quelques pas de danse à celle qui a tant souffert sur son premier tour du monde. 

Encore une image forte à l'image de cette édition autant riche sur le plan humain, qu'incroyable sur le plan sportif.

Une arrivée comme une victoire

Ce Vendée Globe, cette arrivée, elle l'a mérité. La navigatrice est allée au bout malgré de gros soucis technique qui lui ont imposé une escale de 10 jours et donc un abandon.

Un abandon de course mais pas de l'épreuve. Après la consolidation de la quille de son bateau à Salvador de Bahia, Isabelle Joshke a repris la mer et est allée au bout de son premier tour du monde. "C’était tellement important de boucler cette histoire, de lui donner tout son sens et aussi de me relever, parce que c’est sûr que le Vendée Globe, ce n’est pas toujours drôle" a-t-elle déclaré sur le ponton d'arrivée.

Isabelle Joschke, c'est une détermination sans faille, voici son témoignage une fois cette épreuve conclue.

"C’était très important de finir ce tour du monde. En fait, je n’ai pas pris la décision tout de suite. J’ai eu beaucoup d’émotions dans tout ce tour du monde et notamment au fil de mes avaries mais quand j’ai décidé de terminer, c’est devenu une évidence ! C’était tellement important de boucler cette histoire, de lui donner tout son sens et aussi de me relever, parce que c’est sûr que le Vendée Globe, ce n’est pas toujours drôle. Il y a des moments de grâce et des moments de désespoir. Je voulais montrer que je pouvais repartir, et aussi que tout ça n’a pas tant d’importance que ça. C’est aussi un acte d’humilité et c’était vraiment important. 

Ce premier tour du monde a été une rencontre avec moi-même. Mais surtout, qu’est-ce que j’en ai bavé ! Ça a été incroyablement dur, plus que ce que je pensais. C’est dur pour les nerfs, pour le moral, très dur physiquement. À un moment donné je sentais que j’étais au bout de ce que je pouvais donner physiquement. Et puis il y a quelques moments magiques ! Il n’y en a pas tant que ça, mais ils sont tellement précieux ! Pour l’instant j’ai envie de me poser sans me projeter, de goûter le plaisir d’avoir accompli ce que j’ai accompli.  

Je suis fière car je suis vraiment allée au bout de moi-même. Je pense avoir donné le meilleur de moi."

En course, Jean Le Cam lui avait rendu hommage 

Dans le monde de la voile, les marins ont la réputation d'être de "taiseux". Pas tous. Jean Le Cam a ébloui par sa bienveillance et son naturel cette édition 2020-2021 du Vendée Globe.

Le roi Jean avait rendu hommage à la naviguatrice de MACSF lors de son abandon, par ces mots forts : "Isabelle, tu l'as gagné ton Vendée Globe". 

Des mots sûrement réconfortant pour la naviguatrice qui témoigne de la difficulté de l'épreuve "Qu'est-ce que j'en ai chié. Ça a été dur, incroyablement dur, plus que ce que je pensais. Je suis fière de moi car je pense avoir donné le meilleur de moi".

En photo l'album de son arrivée

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile