Tara : le retour à Lorient après sa traque aux plastiques en Méditerranée

Le voilier d'expédition Tara est de retour ce samedi à Lorient, son port d'attache. Les prélèvements pratiqués en Méditerranée révèlent la présence de plastiques et de microplastiques sur toute la surface de la mer. La goélette a été accueillie par la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal.

Lors de cette expédition, la dixième pour Tara depuis 2003, le voilier a parcouru de mai à novembre 2014, 15 000 km. Plus de 2 300 échantillons ont été prélevés lors de 350 traits de filets, tant au large que près des côtes, des embouchures de rivières ou des ports afin d’étudier l’influence exercée par le milieu terrestre sur la pollution marine. 

Premiers constats

Selon le directeur scientifique de Tara Méditerranée, Gaby Gorsky (CNRS/UPMC) et la coordinatrice scientifique de Tara Méditerranée Maria Luiza Pedrotti (OOV CNRS/UPMC), “Des fragments de plastique ont été trouvés à chaque relevé de filet et cela de l’ouest à l’est de la Méditerranée. Avec une concentration de plastique plus importante observée devant les grandes villes mais également avec des concentrations non négligeables en haute mer.”

Les échantillons sont destinés à l’étude chimique du plastique ainsi qu’à l’étude de l’interaction entre le zooplancton, base de la chaîne alimentaire marine, et le plastique. Les analyses des échantillons débuteront le mois prochain et les premiers résultats sortiront au printemps 2015. 

Sensibilisation aux enjeux environnementaux

L'expédition comportait également un volet de sensibilisation du public aux enjeux environnementaux. Ainsi, quelque 10 000 personnes et scolaires ont été accueillies à bord de la goélette à l'occasion des 20 escales dans 13 pays du littoral méditerranéen.

Ségolène Royal : "Fin des sacs plastiques à partir de janvier 2016"

A l'occasion du premier jour de la semaine européenne de réduction des déchets, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal était présente lors de l'arrivée à quai du voilier où des milliers de personnes l'attendaient.
"La pollution des océans en général et de la Méditerranée en particulier est un fléau", a déclaré Ségolène Royal. "Il faut que tout le monde s'y mette" pour la réduire, a-t-elle dit à la presse après avoir salué l'équipage. "Les résultats de cette nouvelle expédition vont être regardés de très près par les services du ministère de l'Ecologie, par l'Ifremer, par le CNRS" (...). "Qu'un bateau puisse partir 7 mois en Méditerranée pour constater les dégâts de la pollution par les plastiques, ça justifie les décisions prises maintenant d'interdiction des sacs plastiques à usage unique à partir de janvier 2016", a-t-elle ajouté. 

A partir des résultats de cette mission en Méditerranée, les scientifiques espèrent tirer des enseignements pour avancer vers des solutions sur l’assainissement des eaux, la gestion des déchets, l’innovation pour un plastique biodégradable, la promotion du tourisme durable ou encore l’éducation ou la création d’Aires Marines Protégées
durée de la vidéo : 00h02mn04s
Interviews : Maria Luiza Pedrotti, chercheur CNRS, laboratoire de Villefranche-sur-Mer - Marie Barbieux, doctorante CNRS - Romain Troublé, secrétaire Général Tara Expéditions / Reportage : A. Castier - L. Benchiha ©INA

 

L’expédition Tara Méditerranée en chiffres :
- 13 pays
- 20 escales
- 7 mois d’expédition
- 2300 échantillons afin d’évaluer la distribution des microplastiques, du zooplancton, l’identification chimique des microplastiques, l’étude des communautés microbiennes attachées au plastique, l’analyse des POPs (Polluants Organiques Persistants) liés au plastique, l’analyse d’image, la température, la salinité, la turbidité et les pigments
- 14 laboratoires impliqués
- 359 traits de filet (filet traîné à la surface de la mer pendant une meure soit 4,5 km)
- 15 000 kilomètres parcourus
- 3 forts coups de vent entre Force 7 et 9
- 10 000 personnes et scolaires accueillis à bord
- 11 artistes en résidence se sont succédés
- 9 nationalités représentées à bord (algérienne, américaine, brésilienne, française, israélienne, italienne, libanaise, marocaine, tunisienne)
- Température de l’air la plus élevée : 34°
- Température de l’eau la plus élevée : 31°
- Température la plus élevée dans la salle des machines : 60°
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité