Trophée Jules Verne : Gitana abandonne victime d'une avarie

La nouvelle est tombée ce jeudi après-midi, au 12e jour de mer. Victime d’une avarie sur un safran de flotteur, l’équipage du Gitana en course pour le trophée Jules Verne est contraint de jeter l’éponge.

Gitana à l'assaut du trophée Jules-Verne
Gitana à l'assaut du trophée Jules-Verne © @Yann Riou

Au 12e jour de course, alors qu’ils naviguaient dans l’océan Indien, les hommes du Gitana Team ont informé leur équipe à terre d’une avarie sur le safran de flotteur tribord du géant. La mèche de l’appendice est sérieusement endommagée, ce qui ne permet plus d’utiliser le safran sur cette amure et aucune réparation en mer n’est possible.



À bord, Charles Caudrelier, qui partage la barre du Maxi Edmond de Rothschild avec Franck Cammas, livrait ses premiers mots : "Tout allait bien à bord. Nous sortions d’une nuit difficile, avec beaucoup de mer et un vent très instable, mais c’était mieux depuis notre empannage. Franck venait de passer la barre à Morgan et quelques minutes plus tard, il a eu des sensations bizarres et de plus en plus de vibrations à la barre. On a constaté que le safran sous le vent, notre safran tribord, bougeait énormément en latéral." 

Pour les six membres de l’équipage, la décision a été d’autant plus douloureuse à prendre qu’ils venaient de franchir le cap des Aiguilles avec plus de 860 milles d’avance sur le temps du record. Désormais, l’objectif est de ramener le trimaran à sa base, à Lorient. 


"Nous avons fait demi-tour, nous sommes en route vers Cape Town, distant d’environ deux jours de mer. D’ici là, nous déciderons si nous faisons un stop technique en Afrique du Sud ou si nous remontons directement en Bretagne par nos propres moyens", précise Charles Caudrelier.   

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
voile sport