• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Morbihan : les pompiers réclament des renforts, ils sont menacés de sanctions

Les pompiers du Morbihan réclament des moyens humains supplémentaires / © DR
Les pompiers du Morbihan réclament des moyens humains supplémentaires / © DR

Les pompiers du Morbihan demandent des moyens humains supplémentaires. Pour se faire entendre ils avaient affiché des messages écrits sur les bâtiments et les véhicules. Une vingtaine d'entre eux vient de recevoir un courrier de convocation en vue d'éventuelles sanctions.

Par Maylen Villaverde


C'est un courrier qui ne risque pas de faire descendre la pression. Mardi 16 avril après-midi, vingt pompiers professionnels du centre de secours de Vannes ont reçu une lettre de convocation préalable à d'éventuelles sanctions pour refus d'ordre. Il leur est reproché de ne pas avoir retiré les banderoles et les inscriptions affichées des véhicules et des bâtiments dimanche 12 avril comme leur hiérarchie leur en avait donné l'ordre. Seuls ces vingt pompiers de Vannes ont reçu ce courrier alors que le centre de secours de Lorient n'avait pas non plus retiré les messages revendicatifs ce week-end (cf. photo d'illustration de l'article). 
Message affiché devant le centre de secours de Pontivy / © DR
Message affiché devant le centre de secours de Pontivy / © DR
 

Incompréhension 

Les représentants du personnel ne cachent pas leur incompréhension d'autant que le contrôleur général et directeur du SDIS 56 (Service Départemental d'Incendie et de Secours), en visite le mardi matin au centre de Vannes, a demandé le retrait des banderoles afin que la réunion de négociation prévue ce mercredi à 14h se passe dans de bonnes conditions. Un représentant du personnel s'étonne :


Entre un directeur qui semble vouloir apaiser la situation et une présidence qui demande des sanctions, on ne comprend pas la logique de gestion des ressources humaines du SDIS 56


Une réunion de négociation mal engagée ?


Ce mercredi 17 avril doit en effet se tenir une réunion de négociation entre les trois organisations syndicales représentants les personnels et la direction du SDIS. Cette rencontre a été organisée afin de trouver une issue au mouvement de contestation qui dure depuis plus d'un mois dans les centres de secours du département. Ce mercredi matin certains représentants des pompiers ne cachaient pas leur septicisme quant à l'issue de cette réunion. "A notre connaissance il n'y a aucun élu présent, ni Gilles Dufeigneux, Président, ni Christine Penhouët, 1ère vice-présidente du conseil d’administration du SDIS du Morbihan" . De quoi s'interroger sur la  réelle volonté de négociation de la présidence du SDIS 56.

 

Il manque 50 personnes dans les centres de secours du Morbihan


Les pompiers et les personnels administratifs du Service Départemental d'Incendie et de Secours du Morbihan demandent des moyens humains supplémentaires. Ils estiment qu'il manque 40 pompiers professionnels sur le département mais aussi 10 personnes dans les services administratifs pour pouvoir fonctionner à peu près normalement.

A leurs revendications la direction et la présidence ont répondu qu'ils envisageaient la création de 5 postes et proposent également de réévaluer les moyens en 2020. Largement insuffisant estiment les personnels qui ont décidé de maintenir leur mouvement. Yann Hillion, représentant du personnel des pompiers du Morbihan :


En début d'année un rapport régional de la Cour des Comptes indiquait qu'il y avait 4,5 millions d'euros dans les caisses du SDIS 56"


Ils rappellent aussi qu'en 2016 le Comité technique et le Conseil d'Administration du SDIS avaient prévu une révision des effectifs en 2019.

S'ils n'obtiennent pas de proposition satisfaisante les pompiers envisagent de saisir le Préfet du Morbihan et d'organiser une manifestation pour interpeller la population et les élus.

Le Morbihan compte 65 centres de secours et 370 pompiers professionnels.

Le rapport de la Cour des Comptes de Bretagne paru en décembre 2018 est consultable ici

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus