Le Morbihan, terre de thé

Adepte des climats humides, le théier se plait en Bretagne ! Sur les rives du Blavet dans le Morbihan, les premières récoltes de ces précieux bourgeons de Camelia Sinensis sont prometteuses .
© Stéphane Izad
2020 est l'année de sa première récolte, la production est modeste mais délicieuse, et Denis Mazerolle est ravi : il a réalisé son rêve, une plantation de théiers Camellia Sinensis.

Physicien et chercheur en électronique pendant 35 ans, il a découvert le thé vert au cours d'un voyage en Chine dans les années 80, et c'est devenu une passion.

Avec son épouse d'origine chinoise, ils ont commencé par planter quelques théiers sur les rives du Blavet, à Languidic (Morbihan) où ils sont installés, et comme les arbustes leur ont semblé se plaire sous le climat breton, en 2015 ils se sont lancés.

"L'hygrométrie et la pluviométrie, l'abri du vent qui assècherait les feuilles, un sol acide, profond et riche en humus, les conditions sont idéales et c'est un terroir très interessant qui donne au thé des qualités aromatiques uniques".

Il faut huit ans au théier pour arriver à maturité


Aujourd'hui 13 000 théiers prospèrent dans la vallée, et ce n'est que le début d'une patiente aventure. "Un théier commence à produire au bout de deux à trois ans, et arrive à maturité à huit ans. "explique Denis Mazerolle.

Pour l'heure l'exploitation du couple s'étend sur un peu plus de deux hectares, l'ambition est d'en atteindre dix. Et les objectifs de récoltes vont eux aussi croissants : après les quinze kilos de cette première année, ils espèrent en ramasser cent kilos dans deux ans, et deux tonnes dans une quizaine d'années !

Un partenariat avec le lycée horticole du Talhouët


Depuis deux ans le lycée horticole du Talhouët participe au projet du couple Mazerolle : les graines de Camellia Sinensis sont plantées et élevées sous les serres du lycée pendant 1 an et demi avant d'être transplantées. Les premiers plans ont rejoint les rives du Blavet cette année. Enseignants et élèves de l'établissement scolaire échangent avec l’école chinoise de l’institut technique de thé, à Jurong (Jiangsu), et une formation sur place est prévue. 
 
La culture du thé à Trébihan (56)

Trois producteurs-récoltants de thé en France, un dans le Loir-et-Cher et deux en Bretagne


La Chine et l'Inde sont les deux plus gros producteurs de thé dans le monde, devant le Kenya, le Sri Lanka, la Turquie et le Vietnam.

La production française est ultra confidentielle : seuls trois producteurs sont identifiés sur le territoire : un dans le Loir-et-Cher et deux en Bretagne : Denis Mazerolle dans le Morbihan, et Michel Thévot à Sibiril dans le Finistère.
 





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture bio agriculture économie insolite