Plougoumelen : après la condamnation du maire pour corruption de mineures, dans l'attente d'une démission officielle

La mairie de Plougoumelen "secouée" après la condamnation de son maire pour corruption de mineures. / © S. Izad - France Télévisions
La mairie de Plougoumelen "secouée" après la condamnation de son maire pour corruption de mineures. / © S. Izad - France Télévisions

Le maire de Plougoumelen a été condamné le 25 novembre dernier, par le tribunal de Quimper pour corruption de mineures. Il a écopé de 3 ans de prison dont 18 mois avec sursis. 

Par E.C


Le tribunal de Quimper jugeait Thomas Palou, le maire de Plougoumelen lundi 25 novembre. Ce dernier était poursuivi pour corruption de mineures, avec mise en contact avec les victimes via un réseau de communication électronique. Il entrait notamment en relation avec des jeunes filles, via les réseaux sociaux en se présentant comme un jeune homme âgé de 19 ans et échangeait des photos avec elles. Les policiers ont retrouvé 12 827 clichés. 

Il a finalement été condamné à 3 ans de prison dont 18 mois avec sursis et une mise à l'épreuve pendant trois ans. Selon le parquet de Quimper, la peine est aménageable et l'homme devra rencontrer un juge pour en définir ses modalités. Il se voit également privé de ses droits civiques et familiaux pendant trois ans et sera inscrit au fichier des auteurs d'infractions sexuelles. 


Dans l'attente d'une démission officielle


Thomas Palou a adressé un message à l'ensemble des conseillers municipaux de la commune et dans lequel il indique : "Je me retire définitivement de la vie publique et de toutes mes fonctions politiques. Je présente mes excuses à toutes les personnes qui seront blessées ou lésées." Une lettre de démission officielle devra confirmer cette position pour que la situation administrative s'éclaircisse.

Dans un communiqué, la mairie souligne qu'un bureau municipal restreint a été reçu ce mercredi matin par le préfet et ses équipes au titre du conseil juridique. "L’appel éventuel de cette condamnation et la démission soit volontaire, soit d’office du maire doivent être formellement actés. Ces éléments conditionnent les différentes hypothèses juridiques qui organiseront dans les jours à venir le fonctionnement communal."

Plusieurs hypothèses sont envisagées. "Dans le cadre des Municipales 2020, la règlementation stipule que si la vacance du poste de maire est constatée avant le 15 décembre 2019, alors des élections partielles sont nécessaires pour compléter le conseil municipal. En revanche, si cette démission est acceptée par le Préfet après le 15 décembre 2019, une élection municipale partielle n’est pas nécessaire.

Dans ce cas, le maire démissionnaire est provisoirement remplacé, dans toute la plénitude de ses fonctions, par l’adjoint dans l’ordre des nominations jusqu’au renouvellement général des conseillers municipaux (15 et 22 mars 2020)."


La commune précise que : "Dans l’immédiat, les élus et les services municipaux continuent à assurer le service public à la population."


 

Sur le même sujet

Les + Lus