Pont du Rock 2021 : le plein de sourires, mais un gros trou dans la caisse

En 2020, le Covid avait eu raison du plus vieux festival de rock associatif de Bretagne. Le Pont du Rock avait été annulé. Cette année, ses organisateurs voulaient absolument remettre le son. Musicalement, le pari est réussi, mais côté finances, l’addition pourrait être lourde !
Pont du rock, l'heure au démontage et aux comptes
Pont du rock, l'heure au démontage et aux comptes © FTV

Sur le site du Pont du Rock, les riffs de guitare ont laissé la place au bourdonnement des engins de chantier. Les bénévoles s’activent pour ranger les barrières et démonter les installations. La fête est finie. C’est l’heure de faire les comptes !

Si le bonheur pouvait se compter, le festival aurait des additions à faire. "Cette année, il y avait une ambiance à part, témoignent les uns et les autres. Ce n’était pas comme d’habitude. Les festivaliers, les groupes, les tourneurs, tout le monde était si heureux de se retrouver que ça faisait des moments magiques. Les gens avaient le sourire, disaient merci, vous avez réussi."

Mais tout cela n’entrera pas dans le bilan comptable. Et là, malheureusement, il va surtout y avoir des soustractions !

Les calculs bousculés par le pass sanitaire

Le Pont du Rock était parti sur une jauge à 5 000 personnes par soir. Le budget avait été  bâti sur un prévisionnel de 12 000 festivaliers. Mais le pass sanitaire a fait dégringoler la billetterie. Après 4 jours de concerts, le festival n’a compté que 6 500 entrées, un gros trou dans la caisse !

"On va partir à la chasse aux sous, explique Jean-Paul Dubois, le co-président du festival. On va aller frapper aux portes, on n’est pas là pour aller demander des subventions, de l’argent public, mais là, on n’a pas le choix, on en a besoin, sinon, l’an prochain, il n’y aura pas de festival. Il faut qu’on se redresse pour que la musique résonne à nouveau l’été prochain."

durée de la vidéo: 00 min 25
Pont du rock, année particulière

"Un festival, ce n’est pas que de la musique ajoute-t-il. C’est aussi de l’économie, derrière le Pont du Rock, il y a des entreprises qui ont besoin de travailler, des loueurs de matériels, de chapiteaux, des entreprises de restauration. Une année normale, notre budget s’élève à 1 million 2 d’euros, cette fois, on était à 600 000. Et tout cet argent, il fait vivre le coin."

Personne ne voulait d'une deuxième année sans festival  

L’an dernier, à cause du Covid, le Pont du rock avait été annulé. "Personne ne voulait un deuxième été sans festival. Si on n’avait pas fait cette année, la machine aurait été impossible à relancer, témoigne le  programmateur du festival, Damien Le Guével. Les années normales, on a 500 bénévoles, c’est une grosse organisation. Il n’y avait pas le choix, il fallait le faire !"

 

"Dans nos têtes, on savait qu’on voulait le faire, on ne savait pas quoi, comment, mais on voulait être là, exister, sourit Damien Le Guével. Hervé, Alain Souchon, Asaf Avidan, c’était beau. Et quand on voit que les groupes, que le public est heureux d’être là, ça donne plein d’émotions. Et envie de se battre pour recommencer l’année prochaine."

durée de la vidéo: 01 min 10
Pont du rock, l'émotion de cette année 2021

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival événements sorties et loisirs musique culture covid-19 santé société