Présidentielle. Jacline Mouraud, ex-gilet jaune: " Je souhaite incarner l'aile sociale d'Eric Zemmour"

Publié le
Écrit par Robin Durand

Auto- entrepreneuse à Bohal , Jacline Mouraud, ancienne figure des Gilets jaune, s'engage dans l'élection présidentielle. Après avoir envisagé d'être candidate, elle rejoint l'équipe de campagne d'Eric Zemmour comme conseillère. Elle veut être le porte voix des classes populaires.

Pourquoi avoir abandonné votre candidature  à la présidentielle au profit d’ Eric Zemmour ?

Quand on est un petit candidat comme moi, personne ne parle de vous. On a aucune visibilité. Alors… Et puis j’ai observé les autres candidats , comparé leur projet et c’est finalement celui d’ Eric Zemmour qui répond le plus à mes attentes, à mes interrogations.

Vous lui avez fait des offres de service ?

Non c’est lui qui a demandé à me rencontrer. Nous avons eu deux ou trois entrevues avant le grand meeting de Villepinte. Je ne suis pas du genre à me jeter facilement dans la gueule du loup.

Quelle place aurez-vous dans le dispositif de campagne ?

Déjà coller des affiches cela ne sera pas possible car cela me mettrait en danger.

En fait , je fais partie du conseil politique. Je vais aller partout en France motiver les troupes et rencontrer des gens car cette campagne présidentielle c’est aussi une aventure humaine.

En Bretagne, les délégués régionaux de « Reconquête » le parti d’Eric Zemmour ont été très proches des mouvements identitaires et révisionnistes. Faire partie de la même équipe est ce compatible avec le gaullisme dont vous vous revendiquez ?

Je ne suis pas responsable des idées de ceux qui rejoignent Eric Zemmour. Ce qui m’intéresse ce n’est pas ce que les gens ont fait mais ce qu’ils font ou ce qu’ils feront.

Moi , je l’ai prouvé lors du mouvement des Gilets jaunes , je suis une modérée. Mon intention est d’apporter de la nuance à Eric Zemmour. Je veux incarner son aile sociale.

Au meeting de Villepinte, vous avez prononcé un discours très alarmiste sur la situation en France.Mais notamment sur le plan économique , la situation est bonne. Les indicateurs sont au vert. Ne tombez vous pas trop facilement dans le déclinisme ?

Moi , quand je vois des personnes âgées faire les poubelles les jours de marché, quand j’entends des personnes me dire qu’une tomate et une boîte de thon leur font quatre repas ; je me dis que la situation n’est pas si bonne que cela.

D’une manière générale, je pense que la France ne va pas bien. Nous sommes attaqués de toutes parts, sur notre histoire, sur notre religion…

Cette semaine, de nombreux bretons ont reçu deux chèques de 100 euros , l’un pour pallier à la hausse du coût de l’énergie, l’autre pour amortir l’inflation. C’est un coup de pouce bienvenu ?

On nous prend pour des mendiants. C’est assez insultant.

La solution c’est surtout de baisser les taxes sur les carburants . Notre sortie de crise passera par des Etats généraux de la Fiscalité. Il faut tout remettre à plat.

Est il normal  qu’une personne qui gagne peu soit obligée de payer 20 % de TVA alors que les plus riches,eux, font tout pour défiscaliser.

L’affaire «Fanch » montre que les choix des prénoms est une question sensible en Bretagne. Hors Eric Zemmour souhaite rendre obligatoire les prénoms dit «français ». Qu’en pensez vous ?

C’est un point de désaccord avec lui. Chacun doit pouvoir faire ce qu’il veut. Je pense que quelqu’un s'il vient habiter en France, s'il respecte nos lois, s'il  nous respecte et s’assimile à notre civilisation, le prénom c’est tout ce qui lui reste.

La situation sanitaire se tend en Bretagne. Le nombre de cas covid augmente. Le gouvernement et la communauté scientifique recommandent une troisième dose de vaccin. Comme Eric Zemmour vous êtes contre le pass sanitaire ?

Oui ! Franchement désactiver les pass sanitaires des plus de 65 ans quand on sait que certaines personnes âgées habitent dans des déserts médicaux ou ne peuvent pas se déplacer, je trouve cela honteux !

Vous êtes vaccinée ?

Non !

Pourquoi ?

Parce que ce n’est pas encore obligatoire. C’est donc mon droit de ne pas être vaccinée .