Suspicion de Coronavirus, vie à bord du Westerdam, contrôles depuis le débarquement : le croisiériste breton raconte

© TANG CHHIN Sothy / AFP
© TANG CHHIN Sothy / AFP

Un couple de retraités vient de rentrer en Bretagne après une croisière mouvementée en Asie pour cause de suspicion de coronavirus. Une ex-passagère de leur paquebot le Westerdam a depuis été testée positive.    

 

Par GLM/France2

Un couple de Larmor Baden vient de rentrer en Bretagne après une croisière mouvementée en Asie.

Suspicion de coronavirus oblige, plus aucun pays ne voulait accueillir leur paquebot le Westerdam qui a donc erré 12 jours en Mer de Chine avant que le Cambodge n'ouvre ses portes.  

De retour en Bretagne, ils ont appris du Ministère de la Santé qu’une passagère américaine avec laquelle ils ont voyagé a depuis été testée positive en Malaisie.      

L'interview de Jean-Pierre Fuchs réalisée à Larmor-Baden 
 

Entretien Antoine Delcourt et Karine Hannedouche de France 2


"On a erré 12 jours en mer de Chine"

En fait, racontent les passagers bretons du Westerdam, "les quinze premiers jours, on a pu voir ce qu'on voulait. Mais à Taiwan, un bateau chinois est venu accoster à côté de nous, avec à bord un cas de coronavirus." 

"Après, on est resté bloqué et plus aucun pays de voulait nous accueillir. On a erré 12 jours en Mer de Chine avant que le Cambodge ne finisse par nous ouvrir ses frontières".

"Au Cambodge, on a été accueilli avec faste par le Premier ministre, c'était un coup à la fois humanitaire et politique. Ensuite, on a été pris en charge par le Consul de France, et c'était réconfortant..."


 
© TANG CHHIN Sothy / AFP
© TANG CHHIN Sothy / AFP


"Les contrôles depuis qu'on a débarqué ? Ultra-légers." 


"En revanche, relèvent les ex-passagers du Westerdam, on a trouvé que les contrôles au Cambodge et à l'arrivée à Roissy étaient ultra-légers".  

L'interview de Jean-Pierre Fuchs sur les contrôles 
 
 

Un coup de téléphone du Ministère avec les consignes à suivre 


Après leur aventure mouvementée, les Bretons sont finalement rentrés samedi à la maison. 

"On a pris le train pour Vannes, des amis sont venus nous chercher à la gare, et le soir, le Ministère de la Santé nous a appelé pour nous prévenir qu'une Américaine avait été testée positive".

"On nous a demandé de prendre des précautions, de nous laver les mains, de prendre la température deux fois par jour, et d'éviter de cotoyer des gens jusqu'à la fin du mois. C'est pour cela que j'étais réticent pour vous rencontrer". 


L'interview de France 2 a été réalisée avec des masques. 
 

La compagnie Holland America, propriétaire du paquebot Westerdam, a annoncé lundi qu'elle cherchait à retrouver la trace des quelque 1.200 voyageurs autorisés à débarquer la semaine dernière au Cambodge malgré la crainte de contaminations potentielles.


 

Sur le même sujet

Les + Lus