Vannes : des casques pour éviter la perte de cheveux durant un cancer

Six casques réfrigérants pour éviter la perte de cheveux lors d’une chimiothérapie viennent d’arriver à la clinique Océane de Vannes. Ils ont été financés à hauteur de 60% par la ligue contre le cancer du Morbihan.
 

Un appareil est composé de 2 casques réfrigérants, pouvant soigner 2 patients simultanément.
Un appareil est composé de 2 casques réfrigérants, pouvant soigner 2 patients simultanément. © Christine Guillot
"La perte de cheveux modifie le regard de la personne sur elle-même, explique Sylviane Guidoux, directrice de la Ligue contre le cancer du Morbihan. Surtout chez les femmes, qui feraient n’importe quoi pour cacher cette chute de cheveux."
 

Le coût


La clinique Océane de Vannes vient d’acquérir trois machines équipées de deux casques réfrigérants chacune. Coût total : 65 000 € TTC, financé à 60% par la Ligue contre le cancer du Morbihan. "Nous soutenons des projets améliorant le bien-être des personnes souffrant de cancer", explique sa directrice. Douze patients par jour pourront bénéficier de ces nouveaux appareils.
 

Le principe


Ces casques diffusent un froid constant à travers un bonnet placé sur la tête du patient. La constriction des vaisseaux due au froid ralentit la circulation sanguine et donc la diffusion des médicaments dans le cuir chevelu. Moins touchés par le traitement, les cheveux sont moins fragilisés. Leur chute se trouve considérablement réduite.

Jusqu'à présent, les soignants se servaient de casques refroidis dans un congélateur. "Une fois posé sur la tête du malade, le casque se réchauffait", constate Catherine Noblanc, cadre infirmier en médecine et oncologie à la clinique Océane.
 

Des séances de soins plus longues


Les protocoles de soins sont en cours d'élaboration à Vannes pour recevoir les premiers patients la semaine prochaine. Mais on sait déjà que les soins prendront plus de temps. Il faudra ajuster le casque et refroidir le crâne avant de démarrer le traitement. Une fois la séance de chimiothérapie terminée, les patients devront encore garder le casque entre 20 minutes et 1h30.

Au centre de traitement du cancer, Eugène Marquis, à Rennes, ces casques sont déjà utilisés. "Ils sont très demandés par les patients", confirme Océane Bagot, chargée de communication du centre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société cancer
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter