À Vannes, un concours de dog dancing

© Myriam Thiébaut - France Télévisions
© Myriam Thiébaut - France Télévisions

Connaissez-vous le dog dancing ? Il s'agit d'une discipline dans laquelle les chiens dansent avec leurs maîtres. Un concours était organisé à Vannes ce dimanche.

Par Baptiste Galmiche

C'est un concours un peu particulier qui s'est déroulé à Vannes (Morbihan) ce dimanche. Des couples composés de chiens bien toilettés et de maîtres particulièrement apprêtés, montent sur scène. Sur fond de musique, ces couples humains-animaux réalisent tour à tour une chorégraphie.

Devant eux, le jury, impitoyable sur certains critères. "On juge tous les mouvements que le chien peut connaître, la manière dont il les exécute et la rapidité d'exécution. On regarde également la prestance du maître", affirme Nathalie Tanvet, juge. Elle poursuit : "Mais le maître ne doit pas se surexposer par rapport au chien."
 

Les couples concourent dans différentes catégories, selon que le dressage se fait à distance ou non. Et pour chacune, il existe plusieurs niveaux dans lesquels sont inscrits les chiens et leurs maîtres : débutants, novices, intermédiaires et avancés. Pour passer d'un stade à l'autre, "on augmente la difficulté. En fonction des mouvements acquis selon la maturité du chien, on va monter de niveau", affirme Mme Tanvet. "La dernière classe, ce sont les gens qui font partie de l'équipe de France et vont concourir à l'international."
 

Beaucoup de travail


Cette discipline a été inventée dans les années 1980. "Ça vient d'Angleterre, à l'origine. C'est une dérive de l'obedience, l'obéissance. Les chiens font de l'obéissance, et un jour Mary Ray a décidé de le mettre en musique. Elle a mis une rythmique, et c'est parti comme ça", raconte Nathalie Tanvet.

La discipline, dans laquelle la France est en retard par rapport à d'autres pays européens, demande beaucoup de travail aux maîtres. "C'est une année entière pour faire la chorégraphie, l'apprendre. On s'entraîne beaucoup seuls, sans les chiens, avec la musique. Ensuite, on travaille le côté technique avec nos loulous", souligne Emelyne Liorzou, du club Laurenan, qui participe au concours. "Les mouvements qui sont les plus difficiles, il faut les répéter et s'améliorer", conclut-elle.

Sur le même sujet

Les + Lus