VIDEO. “J'ai scellé des cercueils et certains batifolent dehors” : le coup de gueule d'un maire breton

Le maire de Noyal-Pontivy, s'est filmé en tenue de protection, masque sur le visage, pour alerter sur l'épidémie de coronavirus. / © Marc Kerrien
Le maire de Noyal-Pontivy, s'est filmé en tenue de protection, masque sur le visage, pour alerter sur l'épidémie de coronavirus. / © Marc Kerrien

Le maire de Noyal-Pontivy (Morbihan) scelle des cercueils de personnes décédées du coronavirus au Centre hospitalier de Centre-Bretagne. Ce lundi, il pousse un "coup de gueule" dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Objectif : secouer ses concitoyens qui sont toujours dehors. 

Par J. Jeunemaître

"Vous n’avez pas l'habitude de me voir dans cette tenue. Et pourtant, je l'ai portée plusieurs fois pour sceller des cercueils d’hommes et de femmes décédés du coronavirus."

En tenue de protection, gants et masque au visage, le maire de Noyal-Pontivy (Morbihan) s'adresse par ces mots à ses concitoyens, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux et le site de la ville. "Un cri du coeur, un coup de gueule", dit-il.
 
 

Ce dimanche 22 mars, Marc Kerrien s'est rendu au Centre hospitalier de Centre-Bretagne situé sur la commune, pour apposer un scellé sur le cercueil d'un "énième" patient décédé du Covid-19. "C'est soit à la policière municipale, soit à l'édile de le faire", précise-t-il. 
 

Sur le chemin du retour, et même à l'aller, j'ai croisé des Noyalais dehors. Je venais de sceller le cercueil de quelqu'un qui est mort seul, sa famille ne verra même pas son visage, et je vois des gens qui batifolent, courrent, font du vélo... C'est invraisemblable !


Le besoin de témoigner


En rentrant chez lui, il prépare immédiatement son discours, le coeur lourd. 
 

J'avais besoin de témoigner. Il faut que les gens réalisent qu'il y a des personnes qui meurent. Pas à Wuhan, pas à Milan mais chez nous, à 4 km du bourg !


Il supplie ses concitoyens de respecter les mesures de confinement. "Si nous voulons vaincre cette pandémie, il n’y a qu’un seul slogan « Restons chez nous ». Ne sortons pas inutilement et appliquons strictement cette consigne pour notre bien, celui de nos familles et de nos amis", déclare Marc Kerrien dans l'enregistrement. 
 


Un message fort, accompagné d'un "merci" à ceux "qui appliquent les consignes" et bien sûr "au personnel médical et hospitalier".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus