VIDEO. Pourquoi ce chef d'entreprise veut-il construire un lotissement pour loger ses salariés ?

durée de la vidéo : 00h01mn45s
Est-ce la solution face à la crise du logement ? Dans le Morbihan, le patron d'une entreprise veut construire une quarantaine de maisons pour loger et attirer ses salariés. ©A. Calvez et M. Thiébaut. Montage Etienne Ertul

Logements trop chers. Trop rares. Transports trop longs ou trop coûteux... Face aux nombreux freins à l'installation du côté de Beignon, le chef de l'entreprise FenêtréA a décidé de se lancer dans la construction d’un lotissement de 40 maisons. Le terrain a été acheté à la commune. Objectif : proposer des logements proches de l’usine où ils travaillent.

"Chaque maison aura sa parcelle de terrain, son garage..." Les plans sont clairs dans la tête de Dominique Lamballe. Ce chef d'entreprise originaire et installé à Beignon, a décidé de prendre les choses en main.

Sur un terrain de 13.000 mètres carrés, le patron propiétaire de FenêtréA va construire quarante maisons. Objectif : héberger ses salariés qui pour plusieurs raisons ont du mal à venir travailler dans ce coin de Morbihan. "Le gasoil coûtant assez cher, les voitures coûtant assez cher... Le trajet, la fatigue... Dès qu'on passe les 25 kilomètres, c'est compliqué !" confie le PDG de cette entreprise de 560 salariés.

"Y en a des fois qui voudraient travailler, mais qui ne peuvent pas parce que c'est trop loin"... confirme l'un d'eux, Martin, alors qu'il s'affaire au montage d'une fenêtre dans l'atelier.

Alternative au manque de logements

À Beignon, commune de 2.000 habitants située à la frontière entre Ille-et-Vilaine et Morbihan, la zone d’activité représente 800 emplois mais l’accès au logement n’est pas aisé.

"Les salariés ont du mal à se loger. Ils vont dans les communes aux alentours" constate la maire Sylvie Hourmand. "Autre particularité : nous avons aussi beaucoup de militaires qui cherchent à se loger et qui viennent régulièrement en mairie pour me dire qu'ils ne trouvent pas de logement pour venir s'installer avec leurs familles."

Située non loin de Ploërmel et de Paimpont, la ville de Beignon se trouve en effet sur la route de Rennes à Vannes, non loin du camp militaire de Saint-Cyr Coëtquidan qui attire beaucoup de monde. La mairie a recensé près de 200 demandes de logements en attente.

Un chiffre qui a compté dans la décision de Dominique Lamballe, de construire des logements réservés à ses salariés. 

"Un atout de plus" au moment de l'embauche

Son idée va de pair avec le projet d'une nouvelle usine pensée en 2021. L'entreprise spécialisée dans les menuiseries en alu et en PVC, choisit d'investir plusieurs millions d’euros pour tripler sa capacité de production. Une nouvelle usine va devoir être construite, près de l’actuelle. 

"Pour cette nouvelle usine, il va nous falloir 75 à 100 personnes. Donc l'idée c'est d'avoir un atout de plus dans son jeu et dire aux gens qui veulent postuler chez nous : si vous voulez on vous offre le logement en même temps !" argumente le patron.

Un sacré cadeau d'embauche ? Ou un énorme avantage en nature ? Plutôt un argument de plus pour celui qui se retrouve constructeur des logements de ses propres salariés...

Nous ne sommes pas loin du modèle paternaliste des cités ouvrières, comme le Familistère de Guise, qui ont connu des heures de gloire au XIXè siècle. Loin de lui cette idée : "Je considère qu'il n'est pas de mon métier à moi de loger ses salariés. Je trouve même que c'est une donne un peu dépassée, un peu "old-school". D'ailleurs le résultat quelques temps plus tard laisse à désirer..." se défend Dominique Lamballe. Mais principe de réalité : on a besoin d'un atout complémentaire dans notre carte par rapport à l'embauche." 

Propriétaires ou locataires

L'idée du patron est donc de construire des T3, T4 et T5 destinés aux salariés qui pourront entrer au capital de la Société Civile de Placement Immobilier : la SCPI qui construira les maisons.

"Le projet est à destination de salariés actuels ou à venir. Ils pourront soit participer financièrement au projet, c'est à dire devenir actionnaire de la société qui va porter le projet soit devenir locataires des maisons" précise le chef d'entreprise. "Ils pourront ensuite devenir acheteurs d'une des maisons puisque le but ultime du projet c'est qu'on installe quarante familles, salariées, sur ce terrain-là."

Après un an et demi de construction, les quarante logements seront vendus "à raison d'une maison par trimestre, donc d'ici dix ans, on dissout le projet" précise-il.

Des maisons individuelles, avec chacune un design différent -Dominique Lamballe y tient pour se démarquer de cette image des cités ouvrières- et dont les travaux devraient débuter fin 2024. 

(Avec Antoine Calvez et Myriam Thiébaut)

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité