Mort accidentelle au stade du Moustoir de Lorient. Prison avec sursis et amendes pour la société Sportingsols et deux dirigeants

Deux dirigeants de la société Sportingsols, chargée de l'entretien de la pelouse du stade du Moustoir à Lorient, ont été condamnés lundi à six mois de prison avec sursis. La chute d’une lampe de luminothérapie avait causé la mort d'un bénévole en marge d'un match de Ligue 1 contre Rennes fin 2020.

20 décembre 2020. Les équipes de Lorient et Rennes ont terminé leur rencontre, les joueurs sont rentrés aux vestiaires depuis un certain temps.
Yohann Essirard, 36 ans, participe au déploiement d'un portique chauffant sur la pelouse pour la traiter. Il n’est pas salarié de la société vendéenne Sportingsols, chargé de l’entretien de la pelouse. Mais il avait été par invité par son frère, salarié de l’entreprise.
En effet, pour chaque match, trois salariés de Sportingsols pouvaient inviter chacun un proche, qui avait le droit de fouler la pelouse lorientaise pour aider à la remise en état du terrain.

Quelques instants plus tard le portique – une rampe de luminothérapie, bascule. Yohann est tué sur le coup.
Le 19 septembre, La société Sportingsols et deux de ses dirigeants ont été jugés en correctionnelle. 

Nombreux chefs d’accusation

Les deux directeurs généraux de Sportingsols, Robert Jobard et Loïc Paul, étaient poursuivis par le tribunal correctionnel de Lorient pour "mise à disposition de travailleur, d'équipement de travail sans information ou formation", "mise à disposition d'équipement (...) ne permettant pas de préserver sa sécurité" ainsi que pour "exécution d'un travail dissimulé". L'audience a eu lieu le 19 septembre 2022.

Ils ont été condamnés ce lundi 21 novembre à six mois de prison avec sursis et onze amendes de 500 euros (une par salarié partie civile, dont la veuve du bénévole décédé).

Sportingsols condamné à 90000 euros pour homicide involontaire

Poursuivie quant à elle en tant que personne morale pour homicide involontaire, la société Sportingsols a été condamnée à 90.000 euros d'amende pour le délit d'homicide involontaire et 22.000 euros (onze fois 2.000 euros) pour les infractions au Code du travail.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité