Nouveau conseil municipal à Paimpol (22) : Jean-Yves de Chaisemartin dépose un recours suspensif

Fanny Chappé sera officiellement désignée maire de Paimpol le 28 mai prochain. Mais Jean-Yves de Chaisemartin, le maire sortant battu, vient de déposer un recours suspensif devant le Conseil d'Etat. Il demande l'annulation du décret qui autorise l'installation des nouveaux conseils municipaux.
Jean-Yves de Chaisemartin le 15 mars 2020, 1er tour des élections municipales
Jean-Yves de Chaisemartin le 15 mars 2020, 1er tour des élections municipales © A. Billet - France Télévisions
Paimpol, son petit port, sa " falaise" célébrée par Pierre Loti et ses 6222 électeurs. Et surtout un duel sans concessions entre deux candidats au fauteuil de maire.

Le 15 mars dernier, après une campagne tendue, la messe était dite. La candidate socialiste et conseillère régionale, Fanny Chappé gagnait l'élection municipale avec 21 voix d'écart.
Un score très serré qui a laissé un goût très amer au maire sortant UDI Jean-Yves de Chaisemartin qui briguait un troisième mandat. Le soir même, ce dernier annonçait un recours justifié, selon lui, par la faible participation et la mise en cause de la domiciliation de son adversaire.
 

Objectif : réorganiser des élections


Aujourd'hui, l'élu paimpolais persiste et signe. Ce vendredi matin, au nom de l'association " 50 millions d'électeurs" dont il est un des membres fondateurs, il a déposé un recours suspensif devant le Conseil d'Etat. Objectif : faire annuler le décret gouvernemental qui vient d'autoriser l'installation d'ici la fin du mois des nouveaux conseils municipaux élus dès le premier tour. 


" C'est une demarche nationale. Mais à Paimpol, comme partout en France, notre associatioin estime que le scrutin a été tronqué. Nous n'avons pas eu la participation que nous devions avoir. La veille du premier tour, les propos du Premier ministre ont créé un climat anxiogène. Climat qui a surtout permis la mobilisation d'un électorat plus radical. Dans ma commune, je pense que les électeurs modérés se sont moins déplacés. Nous proposons donc d'annuler ces élections municipales et de les reporter à mars 2021. Elles auraient lieu en même temps que les élections régionales et départementales. Ce serait l'occasion de débattre sur un grand big bang territorial ", estime Jean-Yves de Chaisemartin.


Fanny Chappé dans les starting-blocks


De son côté, celle qui doit être désignée maire à la fin mai, attend "sereinement" dit elle, une décision attendue lundi matin. Fanny Chappé préfère mettre en avant son travail sur les dossiers de la ville depuis l'accélération de la crise du Coronavirus.
Elle a multiplié les contacts avec les partenaires sanitaires et les commerçants. Egalement conseillère régionale, la jeune élue s'est mise à disposition pour informer sur les aides de la Région.
" Jean-Yves de Chaisemartin s'acharne sur moi. Il veut obtenir mon illégibilité pour 3 ans. Quant à l'illégitimité de mon élection, je rappelle que lui aussi a été élu conseiller départemental avec seulement 23 voix d'avance. Par ailleurs, j'estime que mon programme basé sur le "local" et la concertation est plus que jamais d'actualité vu les circonstances", précise Fanny Chappé. 

En attendant, le nouveau conseil municipal de Paimpol doit être installé le jeudi 28 mai dans la soirée. Vu les règles sanitaires, la séance ne se tiendra pas dans la salle du conseil municipal et se fera peut-être à huis clos. Bref, elle perdra un peu de sa saveur pour le camp victorieux. Décidément, à Paimpol, cette élection restera dans les mémoires. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections