L'opticien morbihannais ne vous perd pas des yeux, même en période de confinement

Pour certains, les lunettes sont indispensables : pour travailler, pour lire, pour conduire... Et en cas de perte ou de casse, cela peut créer de réels problèmes. Bastien Jouan, opticien à domicile à Tréal, dans le Morbihan a mis sur pied un réseau pour réparer les lunettes des personnes confinées.
Bastien Jouan se déplace toujours avec ses instruments portatifs et 600 montures de lunettes.
Bastien Jouan se déplace toujours avec ses instruments portatifs et 600 montures de lunettes.

« En fait, c’est ma grand-mère qui m’a donné l’idée de mon métier et du nom de mon entreprise, raconte Bastien Jouan. J’allais la voir régulièrement dans l’Ehpad ou elle se trouvait et quand elle me voyait, elle faisait un petit signe par la fenêtre. Au bout d’un certain temps, je me suis rendu compte qu’elle me faisait moins de signes, et à la fin plus du tout. Je lui ai alors demandée pourquoi et elle m’a répondu qu’elle ne voyait plus ce qui se passait dehors et comme son traitement l’empêchait de se déplacer à l’extérieur, elle ne pouvait plus faire corriger sa vue ». C'est comme ça que le jeune opticien décide d'aller au devant de ses clients et qu'il décide d'appeler son entreprise "Vue de ma fenêtre".
 

Opticien à dimicile depuis trois ans dans le Morbihan


Bastien Jouan est donc devenu opticien à domicile grâce à sa grand-mère et depuis trois ans, il arpente le Morbihan et une partie de l’Ille-et-Vilaine dans son break pour se rendre chez ses clients, ou dans les Ehpad et les foyers logements pour personnes âgées.
 
Bastien Jouan se déplace dans tout le Morbihan et une partie de l'Ille et Vilaine.
Bastien Jouan se déplace dans tout le Morbihan et une partie de l'Ille et Vilaine.


« J’emmène en permanence avec moi environ 600 paires de montures et tout mon matériel de contrôle de la vue est portatif, ce qui me permet de pouvoir contrôler des personnes alitées ou en fauteuil roulant. »
 

Reprise de l'activité à la demande des clients


Au début de la crise du coronavirus, qui touche l’activité économique, Bastien arrête son activité pendant un mois. Et ce sont ses clients qui l’ont sollicité pour qu’il reprenne la route : «J’ai eu des appels de personnes qui avaient cassé leurs lunettes, et qui ne pouvaient plus travailler sans elles. Alors j’ai mis sur pied un réseau de dépôt de lunettes dans les commerces de proximité, les boulangeries, les bureaux de tabac ! Les gens apportent leur paire de lunettes cassée dans ces magasins, avec un petit mot explicatif, je fais une tournée pour les récupérer, je les répare et je les ramène une fois réparées dans le commerce de leur choix». 

Pour l’instant, ce réseau ne concerne que le secteur de Tréal, Ruffiac, Carentoir et Monteneuf, mais il est en passe d’évoluer. Le jeune homme voit plus loin !
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus/covid-19