• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Pénurie de carburant : “Je n'ai pas pu aller au travail ce matin”

File d'attente à la station-service de Géant, à Lorient. / © FRANCOIS DESTOC/LE TELEGRAMME/MAXPPP
File d'attente à la station-service de Géant, à Lorient. / © FRANCOIS DESTOC/LE TELEGRAMME/MAXPPP

Comme une poignée de Bretons ce mardi 4 décembre, Anne Salliou, enseignante, n'a pas pu se rendre à son travail. Les pénuries de carburant qui touchent la Bretagne depuis le 2 décembre l'ont empêchée de faire son plein.

Par Raphaëlle BESANÇON.

Depuis le 28 novembre, les dépôts pétroliers de Brest et Lorient sont bloqués par les professionnels des Travaux publics. Les pénuries d'essence sont de plus en plus importantes, surtout dans le Finistère. Des queues de plusieurs heures s'installent devant les rares pompes encore approvisionnées.

Mardi 4 décembre, Anne-Cécile Salliou, enseignante, n'a pas pu se rendre à son travail. " J'ai été prise de court, raconte-t-elle. Samedi, j'ai voulu faire un plein mais la station-service était vide. J'ai pensé que le prix du carburant avait dû baisser et que tout le monde était venu faire son plein. "

 


Dimanche, la Finistérienne fait de la route avec des amis. À son retour, elle n'a presque plus d'essence et se rend compte que les pompes sont prises d'assaut. " La dernière fois, on avait vu la pénurie venir. Cette fois, c'est très brutal ", s'étonne-t-elle.
 

Bus, train, covoiturage...


Lundi, elle emprunte la voiture de son conjoint pour se rendre à son travail mais ce mardi, ce n'est pas possible. 

"J'ai prévenu mon travail que je ne pourrai pas assurer mes cours. J'habite à Plobannalec-Lesconil, il n'y a pas de gare. Il y a un bus qui peut m'emmener à Quimper pour mes cours du matin, mais ensuite, je n'ai pas de moyen de transports pour arriver à l'heure à mes cours de l'après-midi à Concarneau. Et ce soir, j'ai un conseil de classe qui va finir tard et je n'aurais aucun rentrer chez moi."

Anne-Cécile Salliou a bien pensé au covoiturage, mais aucun de ses collègues ne vit près de chez elle. 
 

Ai-je le droit de ne pas aller au travail ?


L'enseignante n'est pas la seule dans ce cas. En Bretagne, plusieurs personnes, vivant dans des lieux reculés, n'ont pas pu se rendre à leur travail.

 


La Préfecture du Finistère a réquisitionné quatre station-services pour les véhicules prioritaires. Les autres doivent faire la queue aux rares stations-service encore approvisionnées.

Même en cas de pénurie de carburants, le code du travail est formel : vous devez trouver un moyen d'aller travailler.

Si vous êtes absent, vous ne serez pas payé. Selon les employeurs, des arrangements peuvent être trouver pour rattraper ses heures à un autre moment ou poser un jour de congé ou une RTT.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Début de pénurie de carburant dans l'ouest breton

Les + Lus