• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Pollution accidentelle à Ploudiry (29) : récolte conchylicole et pêche à pied interdites en baie de Daoulas

le ruisseau La Boissière à Ploudiry ce matin / © APPMA Daoulas
le ruisseau La Boissière à Ploudiry ce matin / © APPMA Daoulas

Une pollution importante du ruisseau Roc'h Glaz a été constatée vendredi juste en aval de la station d'épuration de Ploudiry dans le Nord-Finistère. Il y a un mois une pollution au lisier avait éradiqué la vie aquatique dans cet affluent de la Mignone, une rivière qui se jette en baie de Daoulas.

Par Muriel Le Morvan

"C'est le coup de grâce! " Pour Jean Robert Dupont, le président de l'APPMA (Association de pêche et de préservation du milieu aquatique) de Daoulas, "trop c'est trop"! C'est par hasard qu'il a constaté vendredi matin qu'une pollution accidentelle avait à nouveau eu lieu sur le ruisseau Roc'h Glaz aussi appelé "la Boissière", le plus gros affluent de la Mignone, qui se jette dans la baie de Daoulas.

la station d'épuration en cause

Cette fois-ci c'est la station d'épuration de la commune de Ploudiry qui est en cause. Un problème technique, un tuyau d'évacuation bouché, aurait fait se déverser le contenu de la lagune dans le cours d'eau dont on ne voit plus le fond. "On n'observe pas de poissons morts, à proximité du moins, car toute la faune a déjà été éradiquée le 9 juillet dernier, suite à une autre grosse pollution, due cette fois-là au lisier d'une exploitation porcine" déplore le pêcheur qui n'exclue pas pour autant des conséquences sur la biodiversité de la rivière, plus en aval, après des confluents.

Une enquête en cours

La gendarmerie, les pompiers, les représentants de la commune et d'Eau du Ponant qui gère la Station d'épuration se sont rendus sur place pour constater l'ampleur des dégâts et mener une enquête sur les causes et les circonstances du dysfonctionnement. Des  prélèvements ont été effectuées vendredi après-midi par un agent de la police de l’eau (DDTM Direction Départementale des Territoires et de la Mer).  Un représentant de l'Agence française de la Biodiversité est venu constater l’impact de la pollution à l’aval. 

 Pour l'APPMA de Daoulas, "il y a un défaut de surveillance manifeste de la station d'épuration". L'Association se réserve donc le droit de porter plainte.

Risque de contamination en baie de Daoulas

Au delà de la rivière elle-même, c'est la baie de Daoulas qui pourrait être impactée. Suite à la pollution bactériologique de début juillet, la récolte et la vente des coquillages issus de cette zone conchylicole avaient été suspendus par la Préfecture du Finistère. Mesure qui a été levée depuis, les résultats des analyses d'Ifremer sur les huîtres et palourdes s'étant avérés conformes à la réglementation. 

Vendredi soir, la préfecture du Finistère a annoncé qu'elle prend les mêmes mesures d'interdiction de pêche et commercialisation des produits conchylicoles car il existe un risque de contamination des coquillages. Les services de l’État ont aussi alerté les maires des communes littorales afin qu’ils prennent un arrêté municipal d’interdiction de la pêche à pied de loisirs sur leur littoral en vue des grandes marées de cette fin de semaine. Des mesures préventives, en attendant les résultats des prélèvements qui seront réalisés dans les prochaines 48h.


Le reportage de Chloe Tempéreau et Arthur Conanec

 




 

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus