Présidentielle 2017 : Richard Ferrand porte le programme de Macron avant le second tour

Richard Ferrand, député finistérien et secrétaire général du mouvement En Marche!, a défendu sur notre antenne le programme d'Emmanuel Macron avant le second tour de l'élection présidentielle prévu le 7 mai.

Comme expliquez-vous les 29% obtenus par Emmanuel Macron en Bretagne au premier tour de l'élection présidentielle ? Est-ce lié à un effet Le Drian selon vous ?
Depuis le début et avant même que Jean-Yves Le Drian ne vienne amplifier la dynamique conduite par Emmanuel Macron, j'ai souvent eu l'occasion de dire qu'Emmanuel Macron veut faire pour la France ce que Jean-Yves Le Drian a réussi pour la Bretagne. C'est-à-dire rassembler au-delà des clivages, concerter, mener des politiques publiques efficaces et faire réussir notre région avec un esprit conquérant. C'est vraiment l'état d'esprit, la méthode que porte Emmanuel Macron. Et puis sur les valeurs de fond, les valeurs d'humanisme, de respect des autres, de l'entraide et du travail ensemble, ce sont des choses qu'Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian ont en commun, que je partage avec eux et avec les millions de Français qui se sont prononcés dimanche dernier en faveur d'Emmanuel Macron.

Il y a aussi un fait en Bretagne : Jean-Luc Mélenchon est arrivé deuxième avec près de 19,2%. Deux tiers des militants de la France Insoumise déclarent aujourd'hui qu'ils ne voteront pas Macron. Eest-ce que vous avez une réaction ?
Ce sont deux tiers des militants qui ont participé à une consultation. Ce qui compte, ce sont les électrices et électeurs pris dans leur globalité et pas simplement les seuls militants. J'ai la conviction, qu'en particulier en Bretagne, où nous rejetons massivement depuis bien longtemps les valeurs d'exclusion et de haine que porte la candidate Le Pen, je crois que nous saurons nous rassembler. Et ce, parce que nous adhérons au projet d'Emmanuel Macron mais aussi, même si on n'y adhère pas, pour faire triompher les valeurs de la République. Ce qui est important c'est que même si on n'adhère pas au projet d'Emmanuel Macron, il faut se rassembler dimanche prochain pour conserver le cadre démocratique qui permettra à celles et ceux qui ne sont pas d'accord de le contester. Et ça, ce n'est pas garanti par Marine Le Pen.

Mais beaucoup vont opter pour le "ni ni". On l'a vu lors des manifestations qui se sont déroulées à Rennes. Que dites-vous à ces électeurs qui préfèrent voter blanc ou ne pas voter du tout ? 
Je leur dis d'aller relire les programmes des uns et des autres. Je considère que face au Front national, l'abstention n'est pas une option. S'abstenir, en vérité, cela veut dire soutenir Marine Le Pen. Dans beaucoup de pays du monde on se fait tuer pour avoir le droit de vote alors que nous l'avons en France et qu'il y a là un enjeu de démocratie pour notre pays, pour l'Europe. Cela aura une influence directe sur notre vie commune dans notre région, la Bretagne. J'invite les Bretonnes et les Bretons à voter et se rassembler autour de la candidature d'Emmanuel Macron même si tout dans le projet ne leur convient pas. 

L'intégralité de l'interview