La Rance, de la route industrielle au sanctuaire naturel

La Rance / © N. Rossignol - France 3 Bretagne
La Rance / © N. Rossignol - France 3 Bretagne

La Rance, née à 300 mètres d'altitude dans les Monts du Mené finit sa course 112 kilomètres plus loin, aux portes de Saint-Malo. Cette route industrielle majeure jusqu'à la révolution est désormais un havre de tranquillité pour les oiseaux ou les amoureux de la nature.

Par Nathalie Rossignol


La Rance incarne un fleuve côtier qui serpente entre l'Ille-et-Vilaine et Côtes d’Armor, un ruisseau qui naît sur les Monts du Méné à 300 mètres d’altitude et finit sa course 112 kilomètres plus loin aux pieds de Saint-Malo dans un large estuaire qui se jette dans la Manche.

C’est l’histoire d’une route industrielle majeure du Moyen Age à la Révolution française qui a aujourd’hui retrouvé une certaine quiétude… C’est même désormais un sanctuaire sauvage apprécié d’une multitude d’oiseaux comme l’explique Amaury Louvet, un des guides naturalistes de la Maison de la Rance. Un phoque y a même élu domicile depuis près de vingt ans.

Le phoque de la Rance / © N. Rossignol - France 3 Bretagne
Le phoque de la Rance / © N. Rossignol - France 3 Bretagne

Un paradis sur terre ?


Selon Yves Castel un amoureux des lieux, il s'agit bien d'un paradis sur terre. Cet ancien guide conférencier nous fait découvrir quelques-uns de ses endroits secrets.
 

La Rance : un trésor qui serpente entre l'Ille-et-Vilaine et les Côtes-d'Armor
Un reportage de N. Rossignol, C. Bazille, T. Bréhier, T. Descamps / avec Amaury Louvet, animateur de la Maison de la Rance - Jean-Louis Rucet, maire de La Vicomté-sur-Rance - Yves Castel, ancien guide conférencier - images drône Readyprod

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Algues vertes : le décès de Thierry Morfoisse reconnu comme accident du travail

Les + Lus