Rentrée scolaire : comment les cantines vont s'organiser

La réouverture des cantines scolaires, confirmée par le ministre de l'Education ce mercredi 26 août, impose aux collectivités de réorganiser l'accueil des élèves demi-pensionnaires à la rentrée. Exemples dans le Finistère et à Rennes.
Dans le Finistère, 85 % des élèves des collèges publics mangent à la cantine
Dans le Finistère, 85 % des élèves des collèges publics mangent à la cantine © Mathieu Le Gall/Département du Finistère

Un vrai casse-tête de rentrée scolaire : l'organisation de la cantine dans ce contexte d'épidémie de Covid-19. Si le protocole sanitaire publié par le ministère de l'Education donne le cadre, sur le terrain, tout ne coule pas forcément de source car il s'agit aussi d'adapter les mesures à la réalité de chaque école, collège ou lycée breton.


Collèges du Finistère : à chaque classe, sa table


Le Conseil départemental du Finistère, qui a en charge les soixante-et-un collèges publics du département, a sérieusement planché sur le sujet. La question de la restauration scolaire n'est pas une mince affaire puisque 85 % des 43.197 collégiens finistériens sont demi-pensionnaires.
Toutes les cantines fonctionnent en self-service. En moyenne : elles disposent de 200 places. Le Département du Finistère a donc décidé que les élèves dejeuneraient par groupe-classe. En clair : à chaque classe, sa table et pas de brassage autorisé. Une distanciation entre chaque groupe sera obligatoire, tout comme le port du masque qui ne pourra être retiré qu'une fois assis devant son assiette.

Les horaires des repas ont été chamboulés puisque les services de cantine s'étaleront désormais entre 11 h 30 à 13 h 30. Ce qui, on le devine, aura une incidence sur les emplois du temps. Une désinfection complète des locaux sera opérée par les agents techniques dès que le restaurant scolaire fermera ses portes.

 
Les 460 agents techniques des collèges publics finistériens seront chargés de la désinfection des cantines et veilleront au respect des gestes barrières
Les 460 agents techniques des collèges publics finistériens seront chargés de la désinfection des cantines et veilleront au respect des gestes barrières © Mathieu Le Gall/Département du Finistère


Distribution de masques aux collégiens finistériens



Côté menu : du changement aussi est annoncé dans les collèges du Finistère. "On abandonne le menu unique mis en place au moment du déconfinement, indique le Conseil départemental. On revient à un menu équilibré à plusieurs entrées, un plat et des desserts".
Sur leurs plateaux, outre une fourchette, un couteau et une petite cuillère en inox (et non plus jetables comme au mois de juin), les élèves trouveront aussi une grosse cuillère à usage unique et individualisé pour se servir.

Afin de répondre à l'obligation du port du masque pour les élèves dès la 6ème, le Département finistérien fournira deux masques en tissu lavables à chaque collégien. Au total : 90.000 masques seront distribués à la rentrée.


Ecoles de Quimper : échelonner les arrivées à la cantine


Dans les écoles publiques de Quimper, les quinze derniers jours de classe au mois de juin ont permis de tester l'accueil des enfants à la cantine. "80 à 90 % des élèves étaient présents, rappelle Sylvie Le Goualher-Bihan, directrice du sercice Education-Enfance à la mairie. On était donc sur une échelle représentative des effectifs en maternelle et primaire".

Les écoles quimpéroises rassemblent 3.500 élèves. 3.000 d'entre eux fréquentent le restaurant scolaire. Alors, en septembre, pour éviter qu'ils ne se croisent avant de passer à table, ils arriveront par groupe et de manière échelonnée. "Ils seront répartis par classe, sur les deux services de restauration à 11 h 45 et 12 h 30".
Entre chaque service, tables et chaises seront désinfectées. "On a travaillé pour avoir des produits qui ne nécessitent pas de rinçage, souligne Sylvie Le Goualher-Bihan. De façon à ce que cela ne rallonge pas le temps de cantine".

Les élèves devront se laver les mains avant et après le repas, mais aussi au moment de retourner en classe. Si le masque "ne s'impose pas pour les enfants de maternelle et primaire, ainsi que l'a déclaré Jean-Michel Blanquer, lors d'une conférence de presse ce mercredi 26 août, tous les adultes seront tenus de le porter, y compris en maternelle. Il n'y aura pas d'exceptions" prévient-il.



On sera dans une situation qui se rapproche de la normale mais avec les contraintes du protocole sanitaire

Philippe Debray, proviseur du lycée Bréquigny


Sur les 3.200 élèves que compte le lycée Bréquigny à Rennes, en Ille-et-Vilaine, 1.800 sont demi pensionnaires.
A la rentrée, le self de la cantine fonctionnera selon les rotations qui existaient avant l'épidémie de coronavirus. "On prend évidemment toutes les précautions nécessaires, précise Philippe Debray. Les lycéens devront conserver leur masque jusqu'à leur table, les locaux seront aérés et nettoyés entre les services". 

Les masques seront imposés partout dans l'établissement, y compris dans la cour. Auxquels s'ajoutent les gestes barrières.  "Quand nous avons repris en juin, seuls 400 élèves sont revenus. Là, avec 3.200 élèves en septembre, nous ne sommes plus sur la même échelle et c'est une difficulté avec laquelle nous devons composer".

Ce lycée rennais accueille également 340 internes. L'internat, un autre paramètre à prendre en compte d'autant que les chambres abritent chacune trois personnes. "Le port du masque sera obligatoire jusqu'au coucher, ajoute le proviseur. Les élèves devront le conserver pendant qu'ils travailleront dans leur chambre".



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société rentrée scolaire covid-19 santé