Roscoff et Saint-Malo : la Brittany Ferries reporte des traversées

La Brittany Ferries annonce retarder la reprise de certaines traversées vers la Grande-Bretagne, l'Irlande et l'Espagne. Initialement prévues fin mars, des rotations sont reportées à la mi-mai au plus tôt. En cause : une baisse des réservations liée à la crise de la Covid.

Le Pont-Aven et le Bretagne, qui naviguent habituellement depuis Roscoff et Saint-Malo ne reprendront pas la mer fin mars, comme prévu. Faute de passagers, certaines liaisons de la Britanny Ferries attendront au moins mi-mai pour démarrer la saison.
Le Pont-Aven et le Bretagne, qui naviguent habituellement depuis Roscoff et Saint-Malo ne reprendront pas la mer fin mars, comme prévu. Faute de passagers, certaines liaisons de la Britanny Ferries attendront au moins mi-mai pour démarrer la saison.

"Nous avions espéré opérer sur toutes nos lignes à la mi-mars, mais la réalité est que la plupart des gens ne sont pas autorisés à voyager. Nous enregistrons des niveaux de réservations historiquement bas et de fait, il n'est donc tout simplement pas viable d'exploiter des lignes déficitaires pour l'instant", a annoncé Christophe Mathieu, président du Directoire de la Brittany Ferries dans un communiqué.

Des reports pour la mi-mai au plus tôt

Ainsi les traversées habituellement réalisées par 'le Bretagne' entre Saint-Malo et Portsmouth, par le 'Pont-Aven' entre Roscoff, Plymouth et Santander et entre Roscoff et Cork sont reportées au plus tôt à la mi-mai.

Pour l'instant seul le transport de fret vers l'Irlande est assuré depuis les ports bretons de Saint-Malo et Roscoff. Quelques "travailleurs essentiels", routiers ou soignants, peuvent effectuer la traversée à bord.

Pour le tourisme, des liaisons depuis la Normandie restent possibles : Caen-Portsmouth (Angleterre) et  Cherbourg-Rosslare (Irlande).

Des espoirs de reprise grâce aux vaccins

Pour l’instant, les liaisons opérées par Brittany Ferries restent majoritairement réservées au fret. Pourtant, le chiffre d’affaires de la compagnie repose à 80 % sur le transport de voyageurs.

Christophe Mathieu dit "garder espoir quant à la montée en puissance du taux de vaccination qui sera un élément clé pour permettre de voyager de nouveau en toute sécurité."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
brittany ferries économie transports transports maritimes vacances sorties et loisirs