• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Salon de l'agriculture : pourquoi les éleveurs veulent maintenant séduire les flexitariens ?

© E. Colin - France 3 Bretagne
© E. Colin - France 3 Bretagne

La filière élevage et viande mise sur le flexitarisme (limiter sa consommation de viande sans être forcément végétarien), une rupture surprenante sur sa façon de communiquer. 

Par T.P & E.C


"Aimez la viande, mangez-en mieux", voilà le nouveau message de la filière élevage et viande, une campagne dévoilée pendant le Salon de l'agriculture, ponctuée par ce petit sous-titre "naturellement flexitarien".


"Se faire plaisir en consommant en conscience"


Que signifie être flexitarien ? Il s'agit de limiter sa consommation de viande sans pour autant être végétarien. Plus largement, le flexitarien souhaite manger en se faisant plaisir mais aussi "en conscience" explique Maurice Huet, ex-éleveur de brebis et président section ovine de l'Interbev (Interprofession bétail et viande). Conscience des conséquences de sa consommation sur le bien-être animal, sur l'environnement ou encore la nutrition. 

Cette nouvelle campagne de communication de l'Interbev incarne la conclusion de deux ans de réflexion et de ce constat. 
 

Du côté des professionnels de la viande, cette communication semble viser juste, en adéquation avec le quotidien. Jean-François Guihard, boucher à Malestroit depuis plus de 30 ans voit le flexitarien comme "le carnivore du XXIème siècle", "quelqu'un de libre, engagé pour une production de qualité" ajoute t-il. Dans son magasin, les pratiques ont effectivement changé avec "beaucoup plus de pieçage (la découpe se multiplie pour limiter les quantités).  "La campagne répond à un questionnement" conclue t-il. 


Un mot pour arrondir les maux ? 


Les éleveurs annoncent vouloir un dialogue sincère avec le consommateur. Le terme "flexitarien" parlera-t-il à tous ? Dans les allées du salon, les visiteurs peinent à donner une définition. 65 % des Français n'ont jamais entendu parler de ce terme, selon une étude Ipsos. 
 

D'autres y voient un moyen pour la filière de s'abriter derrière un terme à la mode, pour fuir les différents scandales : risques sanitaires, traitement des animaux dans les abattoirs... Et redorer son blason alors que la consommation de viande diminue en France. Au cours des dix dernières années, elle a baissé de 12 %.
 

 

Les Français et la viande

Les Français consomment en moyenne 320 grammes de viande par semaine. Les recommandations de la santé publique préconisent au maximum 500 grammes par semaine. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Douarnenez, la plage du Ris interdite à la baignade

Les + Lus