« Tabarly, coureur d’océans », un documentaire à voir le 11 juin

Eric Tabarly est devenu populaire dès sa première Transat Anglaise, qu'il a remportée / © Collection Bernard Rubinstein
Eric Tabarly est devenu populaire dès sa première Transat Anglaise, qu'il a remportée / © Collection Bernard Rubinstein

C’est un homme de peu de mots, au tempérament de gagneur. Eric Tabarly est le premier marin français à rivaliser avec les anglais et les Américains dans les grandes courses à la voile. « Tabarly, coureur d’océans » est un documentaire à voir le 11 juin à 23h20, sur France 3 Bretagne.

Par Stéphane Grammont


L’officier de marine Eric Tabarly entre dans la lumière dès sa première course, la fameuse Transat Anglaise. Il devient dès lors l’une des personnalités préférées des Français.

Tout au long de sa vie, il va former une génération de marins à bord de ses bateaux, les Pen Duick. Il en sera le concepteur, quelques fois l’architecte et même le constructeur.

Le documentaire « Tabarly, coureur d’océans » commémore les 20 ans de sa disparition en mer d’Irlande. A travers les témoignages de sa fille, en préparation d’une aventure autour du monde, des meilleurs marins français d’aujourd’hui, ce film réalisé par Laurent Cadoret et Dominique Pipat retrace le parcours d’un homme exceptionnel.

La suprématie française dans la navigation en solitaire trouve ses origines dans le parcours de cet homme exceptionnel.

Sans Eric Tabarly, les navigateurs français ne seraient pas les meilleurs marins solitaires du monde. Il a inspiré des hommes et des femmes en quête de victoires et d’aventures : Titouan Lamazou, vainqueur du premier Vendée Globe, Philippe Poupon, Marc Pajot, Jean Le Cam, Olivier de Kersauson

Aujourd’hui, trois générations plus tard, Eric est toujours cité comme la référence de la mer et de la course au large par les jeunes Armel Le Cléac’h ou Franck Cammas.

A travers des images d’archives, le documentaire « Tabarly, coureur d’océans » permet de redécouvrir la vie et le destin du plus célèbre marin français, et ainsi lui rendre hommage.

En Bretagne, à Paris et grâce à une mise en valeur des archives en les projetant aux personnes interviewées, nous retrouvons d’anciens équipiers d’Éric mais aussi ses amis, les endroits et les bateaux qu’il aimait.

A lire aussi

Sur le même sujet

9h50 Santé : invité Vincent Lavoué

Les + Lus