• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Transat AG2R : dernière semaine de course et guerre des nerfs dans l'Atlantique

Agir Recouvrement - Vincent Biarnes / © © Alexis Courcoux
Agir Recouvrement - Vincent Biarnes / © © Alexis Courcoux

Ultime semaine de course pour les forçats de la Transat AG2R, avec des positions changeantes. Adrien Hardy et Vincent Biarnes (Agir Recouvrement) pointent ce mardi en tête de la flotte devant Gildas Morvan et Alexis Loison (Cercle Vert), avec qui ils se partagent les commandes depuis plusieurs jours

Par Krystell Veillard

A 1 200 milles de l’arrivée à Saint-Barthelémy, le jeu s’est considérablement ouvert. Le tandem Adrien Hardy et Vincent Biarnes (Agir Recouvrement) maintient sa position en tête de flotte. Un fauteuil de leader tremblant au regard des attaques qui fusent de toute part. Gildas Morvan et Alexis Loison (Cercle Vert) est à moins de 3 milles d'Agir Recouvrement et commence à inquiéter sérieusement les concurrents. Les quatre bateaux de tête (Agir Recouvrement, Cercle Vert, Generali et Bretagne – CMB Performance) se tiennent en 11 milles, tandis que Gedimat poursuit sa trajectoire au sud dans le but d’avoir encore plus de vent. Cette dernière semaine sur la 13e édition de la Transat AG2R La Mondiale, partie de Concarneau le 3 avril dernier, promet un suspense incroyable !

Une fin de parcours très incertaine


Les voix des marins sont claires à la vacation ce matin. Malgré deux semaines intenses dans les bottes, les équipages sont toujours sur le pont tant la régate se montre diablement excitante. « Il y a du match » confiait Nicolas Lunven joint par iridium à 5h. Oui, la une bagarre au milieu de l’Atlantique a des allures de régate côtière ! Chacun optimise sa trajectoire en fonction du vent et de ses adversaires, le but étant d’aborder l’arc antillais dans quelques jours avec le meilleur angle. Mais la plus grosse incertitude demeure la fin du parcours. « Les 24 à 48 prochaines heures, on va avoir des empannages et on ne sait pas qui va choisir quel bord. Sur la fin, on a encore du mal à savoir comment ça va se passer sur l’arrivée » expliquait Erwan Tabarly à bord de Gedimat.
A bord des bateaux, c'est un travail de précision, une attention de tous les instants pour conserver sa vitesse et sa place. Il faut réajuster son cap, enlever les algues qui se coincent dans les appendices, surveiller la route des petits camarades de jeu, "matosser" (déplacer le matériel à l'intérieur du bateau) pour grapiller quelques milles.

Dernière semaine en mer…


Les nuits sous la lune sont les seuls moments de « répit » pour les équipages. Car la journée, le soleil brûle et fatigue le barreur qui ne peut rester plus de deux heures en plein cagnard. « La journée, c’est l’enfer. On se disait avec Gildas qu’étonnamment depuis trois ou quatre jours, on parle d’expéditions polaires, on rêve de fraîcheur ! » avouait Nicolas Lunven ce matin. Cette semaine est la dernière ligne droite avant de toucher terre. Une dernière ligne droite où cependant il faudra tout donner pour espérer décrocher la palme dans le port de Gustavia. Arrivée prévue à Saint-Barthélémy pour les premiers, lundi prochain, le 25 avril.

Le classement à 5h ce mardi matin


1 - Agir Recouvrement : Adrien Hardy-Vincent Biarnes à 1 202,70 milles
2 - Cercle Vert : Gildas Morvan – Alexis Loison à 2,93 milles
3 - Generali : Nicolas Lunven - Gildas Mahé à 4,03 milles
4 - Bretagne CMB Performance : Sébastien Simon – Xavier Macaire à 11,91 milles
5 - Gedimat : Thierry Chabagny-Erwan Tabarly à 34,26 milles


Et la suite du classement 



A lire aussi

Sur le même sujet

la LPO recence les hirondelles pour les protéger

Les + Lus