• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Transat Jacques-Vabre : victoire historique pour Jean-Pierre Dick avec Yann Eliès

l'arrivée de Jean-Pierre Dick et Yann Eliès à Salvador au Brésil / © ©JM.LIOT/StMichel-Virbac
l'arrivée de Jean-Pierre Dick et Yann Eliès à Salvador au Brésil / © ©JM.LIOT/StMichel-Virbac

Jean-Pierre Dick, associé à Yann Eliès, s'est imposé samedi à Salvador en classe Imoca (monocoque de 18 m) en 13 jours lors de la Transat Jacques-Vabre pour devenir le premier, toutes catégories, à décrocher quatre victoires sur la course en double.

Par Krystel Veillard avec l'AFP

Le duo Jean-Pierre Dick et Yann Eliès, sur Saint Michel - Virbac, s'est imposé samedi à Salvador en 13 jours 7 heures 36 minutes et 46 secondes en Imoca, dans la Transat Jacques Vabre, parti du Havre le 5 novembre dernier pour rejoindre le Brésil. Les Imocas sont des monocoque de 18 mètres, la classe des bateaux du Vendée Globe. La course, qui met aux prises quatre classes de bateaux, a été remportée lundi, toutes catégories confondues, par Thomas Coville - Jean-Luc Nélias, sur Sodebo Ultim', en 7 jours 22 heures et 7 minutes. 



Jean-Pierre Dick, Monsieur Double à jamais


Jean-Pierre Dick est devenu le premier marin toutes catégories confondues à décrocher quatre victoires sur la Transat Jacques-Vabre. Le duo de navigateurs français Dick (52 ans) et Eliès (43 ans), aux personnalités bien différentes, a excellé dans cette transat. Ils ont coupé la ligne à 20h11 GMT (17h11 heure locale) et sont arrivés dans la baie de tous les Saints baignée par un soleil déclinant pour signer ce quatrième succès historique de Dick (après 2003, 2005 et 2011) sur une course chère à son coeur, qui lui a apporté sa première grande victoire, déjà à Salvador.
Le Niçois, arrivé sur le tard dans la course au large, avait réalisé une prouesse pour sa première participation en 2003 avec Nicolas Abiven. En 2005, il s'est imposé avec Loïck Peyron puis en 2011 avec Jérémie Beyou. Toutes ces victoires se sont faites sur un Imoca.

Le bateau participera au Vendée Globe 2020 avec Yann Eliès


Pour cette édition, ce vétérinaire de formation et papa d'un petit garçon de 7 ans, a choisi de partager son bateau avec Yann Eliès avant de le lui céder pour le Vendée Globe 2020 (tour du monde en solitaire sans escale). Cette 13e édition de la Transat Jacques-Vabre est partie du Havre le 5 novembre, avec une flotte de 37 bateaux, répartis dans quatre catégories (Ultime, Multi50, Imoca, Class40). Six voiliers ont abandonné, 25 sont encore en course. Le tout dernier est attendu début décembre.

La joie de Jean-Pierre Dick et Yann Eliès / © ©JM.LIOT/StMichel-Virbac
La joie de Jean-Pierre Dick et Yann Eliès / © ©JM.LIOT/StMichel-Virbac

"Un grand coup" pour Jean-Pierre Dick


Jean-Pierre Dick : "C'est une victoire fabuleuse. C'est la fin d'un cycle un peu compliqué pour moi, j'avais besoin de ça, enfin les choses positives reviennent. On a réussi à faire un grand coup. On a pris énormément de plaisir. C'est que du bonheur. Le résultat est beau. Ça a été la course que j'imaginais, un peu parfaite, ce mano a mano avec
Yann (Eliès) et pousser cette machine à fond. (4 victoires inédites) C'est une très grande fierté, cette course en double je la sens bien. Avec Yann ça a fonctionné. On est deux vieux garçons. Professionnellement, ça fonctionne bien, après on a tous nos petites manies. Moi je cherche ma frontale pendant des heures dans le bateau, dès que j'en vois une, je la pique ! Ça a un côté un peu énervant de vivre avec moi aussi. Maintenant le projet est de faire en sorte que Yann gagne le prochain Vendée Globe".

Yann Eliès : "on a cravaché comme jamais"


Yann Eliès : "On a cravaché comme jamais à 2 reprises en début de course ce qui nous a permis de faire la différence, ça nous a permis aussi de montrer nos muscles et de dire aux autres: “on a le couteau entre les dents, s'il faut monter au front on y ira!”. Jean-Pierre est généreux dans l'effort. A chaque fois qu'il embarque quelqu'un sur la Jacques-Vabre, ça fait un couple idéal ! Jean-Pierre, c'est la cheville ouvrière de la réussite de ces duos".




A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus