L'Union européenne augmente plusieurs quotas de pêche

© PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP
© PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP

Après une nuit de négociations, les 28 Etats membres sont parvenus à un accord ce mercredi 13 à Bruxelles, sur la question des quotas de pêche dans l'Atlantique et la mer du Nord. Les discussions ont témoigné des difficultés croissantes à respecter les objectifs de pêche durable d'ici 2020.

Par Jeanne Travers avec AFP

"Plus on se rapproche de 2020, moins nous sommes flexibles au moment où il faut respecter les rendements maximum durables", a expliqué à l'issue de la concertation le commissaire européen à la Pêche, Karmenu Vella.

Ce mercredi 13, les 28 Etats membres de l'Union européenne se sont accordés, après une nuit entière de négociations, sur les quotas de pêche dans l'Atlantique et la mer du Nord.

Ainsi, en 2018, deux-tiers des stocks seront fixés à leur niveau de Rendement maximum durable (RMD), fixant la limite de pêche pour permettre le renouvellement des espèces. La politique commune de la pêche prévoit que ce rendement s'applique à tous les stocks d'ici 2020.

Les quotas de soles revus à la hausse


Ce mercredi, la Commission s'est félicitée de l'augmentation des quotas de pêche sur plusieurs "stocks de valeur", comme la langoustine en mer du Nord, mais aussi en mer d'Irlande et mer Celtique (+15% à 29 091 tonnes). De même que les chinchards dans l'Atlantique Nord, quatre stocks de sole et trois stocks de plie dans les eaux du Nord-Ouest.

Par ailleurs, les quotas de soles ont été revus en hausse de 25% dans la Manche-est (3.405 tonnes) et de 6% (3.621 tonnes) dans les zones nord et central du golfe de Gascogne, et sont désormais exploitées au RMD.

Premières restrictions pour préserver l'anguille


En revanche, l'UE a pris pour la première fois des mesures pour préserver les stocks d'anguilles. Les pêcheries devront fermer au moins 3 mois consécutifs, entre le 1er septembre 2018 et le 31 janvier 2019, au moment de la période de migration.

Il sera alors interdit de pêcher les spécimens de plus de 12 centimètres, dans les eaux de l'Union européenne et de ses voisins, y compris en mer Baltique.

Des restrictions supplémentaires s'appliqueront également pour la pêche du bar, déjà très encadrée pour cette espèce en difficulté. Elles concerneront à la fois les pêcheurs et l'activité de loisir. Pour les pêcheurs du dimanche, seule la pêche avec remise à l'eau est autorisée, tout au long de l'année.

La France s'est efforcée de maintenir des possibilités de captures pour l'ensemble des métiers autorisés en 2017", a affirmé le ministre Stéphane Travert.


Il a précisé que les ligneurs pourront débarquer 5 tonnes par an. Les tolérances de captures inévitables pour les fileyeurs et les chalutiers de fond sont quant à elles fixées respectivement à 1,2 tonne par an et 100 kg par mois.


A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation à Quimper et à Rennes le 22 mai 2018

Les + Lus