À Vannes, les "oubliés" du Ségur de la santé réclament la généralisation des mesures salariales

Parce qu’ils n’ont pas bénéficié des mesures prises dans le cadre du Ségur de la santé organisé cet été, les salariés du secteur médico-social se sont retrouvé ce jeudi à Vannes pour manifester leur mécontentement. 
300 "oubliés" du Ségur de la santé sur les marches de la mairie à Vannes.
300 "oubliés" du Ségur de la santé sur les marches de la mairie à Vannes. © Isabelle Rettig
Près de 300 professionnels du secteur sanitaire et social du Morbihan se sont retrouvés ce jeudi à 14h30 devant la mairie à Vannes pour exprimer leur mécontentement d’être les "oubliés" du Ségur de la santé. 
  Parmi les manifestants, des agents des Groupements d’intérêt public en charge pour les hôpitaux de la blanchisserie, de la restauration ou du traitement des déchets ; des salariés de l’Établissement Français du sang, de services d’aide à domicile, de foyers d’accueil médicalisés, de maisons d’accueil spécialisées ou encore d’instituts médicaux-éducatifs… 

Tous dénonçaient le fait d’avoir été exclus des accords du Ségur de la santé et notamment de la revalorisation salariale de 183 € nets par mois prévue pour l’ensemble des professionnels de la fonction publique hospitalière. 
 
Valérie Lebouris aide médico-psychologique à la Maison d’accueil spécialisée pour personnes en situation de handicap à Grand-Champs.
"On est exclu de tout, les gens ne savent pas que quand on parle de médical il y a aussi le handicap."
 
Anne-Laure Perraud, infirmière depuis 10 ans à la Maison d’accueil spécialisée pour personnes en situation de handicap à Grand-Champs.
"On accompagne des gens qui sont lourdement handicapés. On a nos difficultés, on peut se retrouver à une infirmière pour 60 patients, on travaille les week-ends, les jours fériés comme nos collègues de l’hospitalier ou des EHPAD... On ne comprend pas pourquoi on n’a pas le droit à cette revalorisation."


Autorisé par la préfecture, malgré le confinement, le cortège s’est rendu jusqu’à la direction de l’antenne départementale de l’Agence régionale de santé. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie santé société manifestation covid-19