VIDEO. Dernier défilé pour Pascal Jaouen. Le maître Brodeur quitte sa prestigieuse école d'art de Quimper et passe le relai

Publié le
Écrit par Michelle Ruan .
L'ultime défilé de Pascal Jaouen ©Bernadette Bourvon et Guillaume Klein

Le maître de la haute broderie, Pascal Jaouen a fait ses adieux à l’école de broderie d’art de Quimper, avec un défilé spectacle intitulé "A-Galon". Retour sur son parcours d'exception

Les 24 et 25 septembre derniers, le brodeur Pascal Jaouen a présenté son dernier défilé, intitulé "A-Galon", ("Merci du fond du cœur" en breton). L'artiste brodeur marque ainsi son départ de l'école de broderie d'art de Quimper. Il passe le flambeau à Yann Legoutte, devenu meilleur ouvrier de France. Retour sur son parcours d'autodidacte, hors du commun.

"A-Galon" le documentaire à voir sur francetv.

Un peu de stress, un peu de strass et beaucoup d'émotions

Ce sont 160 tenues emblématiques et quelques nouveautés de la création du maître brodeur qui ont été présentées en cette fin septembre. Un spectacle mis en scène par Mick Nédèlec, au rythme de la musique originale d'artistes bretons, Gwennyn et Patrice Marzin. 

Les 70 mannequins, hommes, femmes, enfants, ont défilé en musique, drapés de soie, de satin, de taffetas et de dentelle, sous les applaudissements de 6.000 spectateurs pour un grand moment d'émotion. Les reflets de perles brodés scintillaient sous les projecteurs. 

"On rêve...on réalise nos rêves, on fait rêver les autres....les défilés, c'est ça" précise-t-il.

Tous ces costumes directement inspirés du traditionnel costume breton témoignent de l'amour du créateur pour sa Bretagne et la beauté de ce territoire. Il a su jouer sur les textures à travers son art, en ajoutant entre les précieuses broderies des coquillages aux nacres brillants, perles, plumes, strass, paillettes et coquillages. Pour lui, la robe Hermine brodée au fil d'argent, est l'une des plus belles tenues d'apparat. Il ne cache pas sa fierté.

De fil en aiguille, initiation à la broderie

Né en 1962, Pascal Jaouen est originaire de la commune de Bannalec, une petite bourgade du sud Finistère, au cœur du pays de l'Aven. Très jeune, sa mère lui apprend le canva pendant les vacances d'été. Il aime ça.

Petit, il croisait des femmes portant la coiffe de tous les jours, et celle du dimanche avec un grand col plissé. "Mes grands-parents portaient le costume traditionnel de façon naturelle et cela a marqué mon inconscient" dit-il. "Avec mes deux sœurs, nous enfilions le costume pour les cérémonies traditionnelles". Sa famille est très attachée aux coutumes bretonnes.

Tombé dans le panier de perles et paillettes

 A 9 ans, il intègre le cercle celtique de Bannalec. À l'époque où les jeunes de son âge se passionnent pour la musique et la danse bretonne, Pascal, lui, est captivé par les costumes brodés. Son entourage prend conscience dès lors que Pascal "n'est pas comme tout le monde". 

"Rêveur, le monde des perles et paillettes m'émerveillait déjà" déclare-t-il.

D'abord jardinier, puis brodeur 

Avant d'être brodeur, il était paysagiste à la mairie de Quimperlé. Sensible à la nature, il évoque souvent le cadre magnifique dans lequel il a grandi : un manoir, dont ses parents étaient les gardiens, entouré d'un grand parc. Nostalgique, il entretient un profond attachement à la nature qui l'entoure. "C'est ce qui ma amené à être jardinier : regarder la terre et être émerveillé de la vie". dit-il

Le premier costume

À 18 ans, il s'inscrit dans le cercle de danse d'Elliant, dans le pays de l'Aven, sur les terres de sa mère. Pour danser, il lui faut son propre costume. Mais le dernier brodeur est mort l'année de sa naissance. Il crée alors son propre plastron tel que les anciens le brodait. C'est un travail acharné, mais il y prend goût.

Têtu... mais dans l'excellence

"Ce que la création de ce premier costume raconte, c'est l'exigence"  dit-il. Il exige beaucoup de lui et ne supporte pas la médiocrité. "Obstiné, cette première réalisation a éveillé mon sens de la culture et de la conservation du patrimoine ". 

Les secrets de la borderie 

En 1986, il est danseur au cercle de Pont l'Abbé, du pays Bigouden. Pays des brodeurs et des brodeuses, la ville de Pont l'Abbé est appelée capitale de la mode en Bretagne, pour son élégance et son raffinement. Pour ne pas voir disparaitre cet art, il commence à collecter des costumes. Au gré de ses rencontres, il s'instruit de l'expérience de quelques anciennes brodeuses et de l'histoire des costumes. C'est ainsi qu'il récolte les secrets de fabrication. "Les points de broderie se transmettaient oralement à l'époque. Aucun recueil n'était écrit. C'était un patrimoine culturel immatériel", indique-t-il.

L'aventure haute couture commence

Attiré par la mode,  "j'ai osé" déclare-t-il.  "Autodidacte,  je mets un point d'honneur à respecter avant tout, les règles d'ouvrage du costume traditionnel. Mes créations contemporaines s'adaptent à cette exigence". 

La Bretagne, c'est une dame : je lui dois tout.

Pascal Jaouen

2022 : Clap de fin 

C'est une histoire d'amour entre lui et la Bretagne : " C'est à Dame Bretagne que je dois tout " dit-il.

Pascal Jaouen aura relevé le défi de marier savoir-faire d’antan et mode contemporaine, dans le respect des traditionnels costumes bretons.  

Bernadette Bourvon et Guillaume Klein ont réalisé le documentaire de cet ultime défilé du maître brodeur Pascal Jaouen, « A-Galon".

A voir dès à présent en vidéo dans ce papier et le jeudi 15 décembre à 22h45, sur France 3 Bretagne.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité