Voile : le nouvel Imoca de Jérémie Beyou dévoile ses foils immenses

Publié le Mis à jour le

Après 12 mois de travail dans les chantiers CDK à Port-la-Forêt, le nouveau monocoque Charal du Finistérien Jérémie Beyou a été mis à l'eau ce mardi. Bourré d'innovations, l'Imoca 60 a été conçu autour de ses foils pour le Vendée Globe 2020/2021 avec un galop d'essai lors de la Route du Rhum 2018.


"C'est un grand jour car aujourd'hui c'est la naissance de Charal après 12 mois d'efforts" avoue le skipper Jérémie Beyou. Celui qui a terminé troisième du dernier Vendée Globe 2016/2017 se dit fier de ce bébé high-tech et trépigne d'impatience. 
 

Ce mardi 21 août, à Port-la-Forêt, le bateau se dévoilait au public en sortant de l'atelier des chantiers CDK à l'issue de 40 000 heures de construction. Avant cette phase de réalisation, 30 000 heures de conception et de concertation avaient été nécessaires entre les équipes de Charal Sailing Team et le bureau d’architecture vannetais VPLP.
 
durée de la vidéo: 00 min 34
La mise à l'eau de l'Imoca 60 Charal à Port-La-Forêt
 

Le premier IMOCA 60 réfléchi et dessiné autour des foils

"En ce jour d'émotion, c'est un tout nouveau bateau qui voit le jour, conçu autour de ses foils et dessiné dans l'optique du prochain Vendée Globe 2020" explique le skipper finistérien, lui qui a terminé troisième début 2017 du dernier tour du monde à la voile, en solitaire, sans escale et sans assistance.
 

Selon le team Charal, le bateau présente les plus imposants foils (ces appendices qui permettent au bateau de quasi voler, NDLR) jamais installés sur un monocoque. "Il est bourré d'innovations" avec ses foils, et les formes uniques de sa carène, de son pont et de son cockpit.
 
durée de la vidéo: 02 min 32
Jérémie Beyou présente son nouveau Imoca 60
 

Présent sur la Route du Rhum

Si l'objectif affiché du nouvel Imoca 60 et de son skipper est de remporter le Vendée Globe 2020/2021, d'ici là Jérémie Beyou a l'ambition de bien figurer dans la Route du Rhum, la transatlantique qui doit s'élancer le 4 novembre prochain de Saint-Malo. Un galop d'essai qui lui permettra de prendre toute la mesure de ce bateau d'exception, complexe à manoeuvrer. Le skipper reconnaît que les deux ans de navigation avant le Vendée Globe devrait permettre de mettre au point le monocoque et d'apprendre à en tirer toute sa puissance.

Ce mardi, le bateau a été mis à l'eau et quillé. Il sera pesé et convoyé vers Lorient ce mercredi avant de voir son mât installé jeudi. Vendredi sera consacré aux tests statiques et à 90°. La première navigation est prévue le 29 août.