Lorient. Sur le chantier du nouveau maxi-trimaran d'Armel Le Cléac'h

C'est à Lorient, dans le Morbihan, que le nouveau trimaran Ultim d'Armel Le Cléac'h est en construction depuis plusieurs mois. Le skipper finistérien ouvre les portes de ce chantier qui va donner naissance à un géant des mers, capable de voler. Sa mise à l'eau est prévue fin avril.

Armel Le Cléac'h sur le chantier de son futur maxi-trimaran
Armel Le Cléac'h sur le chantier de son futur maxi-trimaran © Stéphane Izad/France Télévisions

17 tonnes, 32 mètres par 23 (l'équivalent de trois terrains de tennis), de la fibre optique et des capteurs nombreux, le futur trimaran d'Armel Le Cléac'h dévoilera bientôt tout ce qu'il a dans le ventre. En construction à Lorient, dans le Morbihan, sur le chantier CDK, ce géant des mers, capable de voler sur l'eau, s'élancera pour des premiers tests d'ici fin avril.

Une bonne nouvelle pour le skipper finistérien qui, après le chavirage de son multicoque dernière génération sur la Route du Rhum en 2018, a hâte de reprendre le large. Même s'il ne s'est pas tourné les pouces ces deux dernières années. "J'ai enchaîné avec la Solitaire du Figaro en 2019 et 2020, explique-t-il. Et puis je me suis astreint à une grosse préparation physique aussi cet hiver pour être prêt pour le nouveau bateau".

Les foils, le secret le mieux gardé

Il en faut de la condition physique et de haute volée pour barrer un monstre pareil. Ce maxi trimaran, sur lequel une cinquantaine de personnes travaille à l'abri des regards indiscrets depuis des mois, est très largement inspiré du précédent. "On a un peu changé les lignes, souligne Armel Le Cléac'h. On a plus tendu les carènes, l'étrave est plus volumineuse sur l'avant"
L'innovation concerne surtout les foils mais cette partie reste un secret bien gardé. "Les foils sont plus grands que sur l'autre bateau et sont conçus pour monter et descendre en fonction des conditions de navigation. Dans les accélérations et les vagues où les efforts seront plus importants, ce bateau va monter à un poids de 40-50 tonnes, note le skipper. Il faut que les pièces réalisées supportent ce genre de charge". Il n'en dira pas plus. 

Dans une vidéo publiée sur sa chaîne YouTube, Banque Populaire présente les grandes lignes de ce maxi trimaran qui s'engagera sur la transat Jacques Vabre, au départ du Havre, le 7 novembre prochain. 


La Brest Océans en ligne de mire

Ce trimaran de la classe Ultim est conçu sur-mesure. A l'exemple du cockpit qui a été taillé pour absorber le mètre quatre vingt huit du skipper. "Il faut que je puisse être debout sans avoir à toucher le plafond, dit-il. Vu ma morphologie, c'est mieux. Et puis, autant quand on mouline sur un Imoca, on peut accepter d'être un peu courbé car la manoeuvre ne dure pas longtemps, là, pour un virement de bord sur un Ultim, tu en as pour une demi-heure. Autant que je puisse être le plus confortable possible".

Avec son trimaran flambant neuf, dimensionné pour des courses en solitaire et en équipage de six personnes, Armel Le Cléac'h annonce qu'il sera au départ de la Route du Rhum en 2022, mais aussi de la première édition de la Brest Océans en 2023, un tour du monde en solitaire dédié aux Ultim.


 

Le reportage de Stéphane Izad et Nicolas Corbard/France 3 Bretagne

Sur le chantier du nouveau trimaran d'Armel Le Cléac'h

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
voile sport