Week-end de l'Ascension : les préfectures du Morbihan et des Côtes-d'Armor interdisent les rave partys

Les préfectures des Côtes-d'Armor et du Morbihan redoutant l'organisation de free partys, ont pris des arrêtés ce mercredi pour interdire les "rassemblements festifs à caratère musical", pendant tout ce week-end de l'Ascension, soit de ce 12 mai 18h jusqu'au lundi 17 mai à 8h.

Le 1er janvier 2021, à Lieuron (35), une rave party réunissant environ 2 500 personnes a eu lieu dans des hangars, pour le réveillon du Nouvel An.
Le 1er janvier 2021, à Lieuron (35), une rave party réunissant environ 2 500 personnes a eu lieu dans des hangars, pour le réveillon du Nouvel An. © Evan Lebastard/Radio France/Maxppp

Nous nous souvenons qu'une rave avait été en partie empêchée sur la commune du Haut-Corlay dans les Côtes d'Armor, le week-end du premier mai. Une autre, organisée pour le Nouvel An à Lieuron en Ille-et-Vilaine, avait fait couler beaucoup d'encre. Les deux départements du Morbihan et des Côtes-d'Armor redoutent l'organisation de manifestations du même type sur leur territoire durant ce long week-end de l'Ascension.
 


Les deux préfectures ont donc pris des arrêtés interdisant "la tenue des rassemblements festifs à caractère musical ainsi que la circulation de tout véhicule transportant du matériel « sound system » susceptible d’être utilisé pour une manifestation non autorisée sur l’ensemble des réseaux routiers du 12 mai à 18h  jusqu’au 17 mai 2021 à 8h."
 


Les préfets rappellent que ces arrêtés ont été pris au regard "des risques en matière d’ordre public et en matière sanitaire que représentent ces évènements alors que la situation, au regard de l’épidémie de covid 19, reste fragile tant au niveau local que national."

Sont ainsi interdits :

Des infractions passible de sanctions et pouvant donner lieu à la saisie du matériel en vue de sa confiscation par le tribunal. Afin de faire respecter ces arrêtés indiquent encore les préfectures dans leurs communiqués, les forces de police et de gendarmerie sont mobilisées 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société covid-19 santé