Cancer : pourquoi fallait-il mieux rembourser les perruques ?

La ministre de la santé Agnès Buzyn l'avait annoncé en juin dernier. Les perruques destinées aux personnes atteintes d’un cancer seraient mieux voir intégralement remboursées. Depuis le 2 avril c’est chose faite. On vous dit tout.
Il y a trois ans, Caroline, aujourd’hui en rémission, a appris qu’elle était atteinte d’un cancer et qu’elle allait devoir suivre des séances de chimiothérapie. Au choc de l’annonce a rapidement succédé un autre traumatisme.

On vous annonce que vous allez perdre vos cheveux… Pour une femme c’est très difficile. Donc j’ai tout de suite pris rendez-vous pour acheter une perruque. Je l’ai payée 600 euros. Tout le monde ne peut pas se le permettre, à moins de prendre une perruque bas de gamme. Caroline O.

Les fameuses perruques de la sécu à 125 euros. C’était jusqu’ici le montant maximum alloué par l’assurance maladie. Et à ce prix, des perruques synthétiques de très mauvaises qualité et obligatoirement aux cheveux courts. Pour des modèles plus esthétiques, les malades, à 95% des femmes, devaient multiplier cette somme par trois ou quatre, voire plus pour des perruques en cheveux naturels.

3e plan cancer

Le gouvernement a donc décidé de mettre en place de nouvelles modalités de prise en charge conformément à un engagement pris dans le cadre du 3ème plan Cancer. À compter du 2 avril, les perruques sans reste à charge seront remboursées à hauteur de 350 euros au lieu de 125. Des perruques dont la qualité sera renforcée selon le ministère de la santé.

Pour les autres, plus chères, avec parfois une partie de cheveux naturels, le reste à charge des patients est également diminué : le nouveau tarif de remboursement est de 250 euros, et le prix maximum de vente est fixé à 700 euros.

Un plafond qui fait bondir la Ligue contre le cancer face à ce qu'elle considère comme une nouvelle inégalité face à la maladie. L’association dénonce une "erreur" de l’exécutif, rappelant que les perruques en cheveux naturels, plébiscitées par de nombreuses femmes car beaucoup plus esthétiques, coûtent entre 800 et 2000 euros.  Sans participation de la sécurité sociale, les mutuelles n’interviendraient plus...
 
 

Perruques solidaires

Depuis de nombreuses années, des associations se mobilisent pour permettre à des femmes atteintes d’un cancer de bénéficier d’une perruque de qualité et ainsi de reprendre confiance. Un élément essentiel aussi dans le combat contre la maladie. Avec l’aide de salons de coiffure, elles récupèrent des cheveux naturels pour confectionner des prothèses capillaires aux malades les plus démunis.

Flora, coiffeuse à Argenton-sur-Creuse dans l’Indre collabore avec deux associations : "Solidhair" et "Fake hair don't care". La première récolte des mèches (25 cm minimum) et les revend à un perruquier. L’argent récolté sert ensuite à financer l’achat de prothèse pour les malades. La seconde fabrique elle-même ses perruques en cheveux naturels et les revend à des bénéficiaires à un prix calculé en fonction de leurs revenus et leur situation familiale.

Et depuis qu’elle propose le don de cheveux à ses client(e)s qui souhaitent changer de coupe, elle n’a essuyé aucun refus. Cynthia qui a décidé de couper ses longs cheveux noirs, les a même laissé pousser avant de venir voir Flora, car elle sait ce que cela représente pour une femme malade.

J’ai perdu ma mère d'un cancer il y a 14 ans. Elle avait une perruque pas belle du tout. Et je me suis dit, un jour il faudra que je le fasse quand je serai prête et c'était maintenant. Quand on est malade, qu'on n'a plus un seul cheveu, on a l'impression de ne plus avoir d'identité, de ne plus être soi, d'être représenté par la maladie. Si on a une jolie perruque, ça peut aider à guérir aussi. Cynthia 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société cancer solidarité