• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

L'agriculture bio progresse, lentement, en Centre-Val de Loire

© Pixabay
© Pixabay

Le Centre-Val de Loire est au 13ème rang français pour les surfaces cultivées en agriculture biologique. Elles représentent 3% de la Surface Agricole Utile, bien loin des 22% espérés pour 2022.

Par Alain Heudes

Ce n'était qu'un clin d'oeil, voire une aimable provocation à l'attention des politiques, mais les défenseurs de l'agriculture biologique du Centre-Val de Loire avaient évoqué, au début de l'actuelle décennie, l'objectif de 22% de cultures bio en 2022.
Ce curseur était bien trop ambitieux pour être réaliste.

En 2010 l'agriculture biologique du Centre-Val de Loire représentait 2,4% de la S.A.U, alors que la France atteignait déjà les 3,3%. Deux départements, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher, regroupaient plus de la moitié des exploitations bio et seule la viticulture était réellement en phase avec le développement de ce secteur.

8 ans plus tard, car les derniers chiffres sont ceux publiés à la fin 2018, le Centre-Val de Loire suit, cahin-caha, l'engouement national pour les produits bio.
1 259 exploitations bio, 10e rang français
72 557 hectares en bio ou en conversion au bio, 10e rang français 
3,2% de la S.A.U en bio, 13e rang français

 
© Agence Bio
© Agence Bio


Plutôt que de retenir l'avant-dernière place du Centre-Val de Loire, sur la carte de France de l'agriculture bio, le président de Bio-Centre, Jean-François Vincent, préfère retenir l'excellente dynamique des dernières années.

Chez nous, il n'y a jamais eu autant de conversions qu'en 2018, avec 14 000 hectares passées du conventionnel au bio. C'est une croissance extrêmement encourageante, d'autant plus qu'une filière majeure, les grandes cultures, est en train de bouger aussi. Les céréaliers sont en pleine réflexion. Ils connaissent des problèmes de résistance à certains insecticides ou herbicides et découvrent, à contrario, que les prix des céréales bio sont très attractifs par rapport aux soubresauts du marché mondial pour les céréales conventionnelles.


Le point positif est donc cette croissance récente de la S.A.U Bio régionale. C'est la deuxième meilleure évolution des surfaces bio en France en 2018.
En revanche, les problèmes de retards de paiements des différentes aides à la production ou à la conversions au bio restent très pénalisants.
Au début du mois de juillet seront versées des sommes allouées à des dossiers datant de 2016 ou 2017. 2015 ayant été soldé au début de 2019 !
 

La consommation des produits bio en 2018 / © Agence Bio
La consommation des produits bio en 2018 / © Agence Bio


 

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus