• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

CARTE. Abandons d'animaux : les refuges de la région Centre-Val de Loire saturés

Chaque année, "100 000 animaux sont abandonnés", selon les associations. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
Chaque année, "100 000 animaux sont abandonnés", selon les associations. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Alors que la SPA compte environ 8000 animaux abandonnés dans ses refuges au niveau national depuis le début de l'été, le véritable chiffre pourrait être bien plus élevé. Rien qu'en région Centre-Val de Loire, ils pourraient être au moins 1400.

Par Bertrand Mallen, Amélie Rigodanzo, Stefano Lorusso

Le chiffre de 8000 animaux abandonnés depuis le début de l'été, et recueillis par la SPA, pourrait-il être gravement sous-estimé ? Ne prenant en compte que les comptabilisation par la Société protectrice des animaux (62 refuges), il occulte une majorité de refuges indépendants (270 sur le territoire), regroupés au sein d'une confédération.

En région Centre-Val de Loire, il existe 15 refuges indépendants, et seulement trois de la SPA. Contactés par France 3, la plupart ont transmis le nombre d'animaux secourus sur les mois de juin et de juillet, en amont des départs en vacances. Au total, ce sont 1377 animaux qui ont été recueillis depuis juin, une somme à laquelle il faut ajouter les pensionnaires des refuges de Boncé (Eure-et-Loir) et Neuillé-le-Lierre (Indre-et-Loire), qui n'ont pas pu être joints.
 
La maltraitance animale n'a pas fini de faire des victimes. Rien que dans l'Indre, où il n'existe qu'un seul refuge à Montierchaume, 107 chiens et 243 chats ont été accueillis depuis juin. A Vierzon, où cinq chats ont été abandonnés, seuls trois ont pu être sauvés et recueillis par le refuge de Salbris.
 

Tous animaux confondus, entre 60 000 et 100 000 bêtes à quatre pattes ou à plumes seraient abandonnées chaque année. Pourtant, abandonner un chat ou un chien est réprimé par la loi. Si le propriétaire est retrouvé, il s’expose à une peine de deux ans de prison et 30 000 € d’amende.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le doublement du pont de Jargeau fait toujours débat

Les + Lus