CARTES. Recensement : les grandes villes gagnent, le reste perd en Centre-Val de Loire

La région Centre-Val de Loire comptait près de 2,6 millions de personnes au 1er janvier 2020, nombre stable entre 2014 et 2020 selon un rapport de l'Insee paru le jeudi 29 décembre 2022.

Le Loiret et l'Indre-et-Loire en bons élèves, le reste du Centre-Val de Loire en difficulté. Elle reste la région la moins peuplée de France métropolitaine avec près de 2,6 millions de personnes en 2020, selon le dernier recensement de l'Insee, paru le 29 décembre 2022.

La population reste stable

La population reste stable en Centre-Val de Loire entre 2014 et 2020, la région perd en moyenne 430 habitants par an. Le Loiret et ses 682 304 habitants ainsi que l'Indre-et-Loire avec 612 119 habitants sont les deux départements les plus peuplés, regroupant la moitié de la population régionale. Et ça ne risque pas de changer : "Ce sont également les deux seuls départements de la région dont la population augmente", 0,3% de croissance annuelle moyenne pour le Loiret et 0,2% pour l'Indre-et-Loire, indique l'Insee.

L'Eure-et-Loir et le Loir-et-Cher accusent une légère baisse de respectivement 0,1 et 0,2% par an entre 2014 et 2020. La situation est pire dans le Berry : la population chute de 0,5% dans le Cher et de 0,6% dans l'Indre chaque année. Des baisses notamment dues au phénomène de désertification médicale dont souffrent ces départements. 

Tours et Orléans attirent. En effet, selon l'Insee : "Plus d'un habitant sur cinq réside dans l'une des deux métropoles régionales". Entre 2014 et 2020, la population s'accroît de 0,6% en moyenne par an dans la métropole orléanaise et de 0,3% dans la métropole tourangelle. Le phénomène d'urbanisation est de plus en plus important, répondant à la concentration des emplois dans ces grandes villes.

De leur côté, les villes moyennes et leurs alentours attirent moins. Bourges, Chartres, Blois, Châteauroux, Montargis et leurs alentours voient leurs populations globalement diminuer de 0,1% par an en moyenne. Malgré un phénomène d'urbanisation des périphéries.

Dans les zones plus rurales, là-aussi, la population a tendance à diminuer, encore plus rapidement que dans les villes moyennes.