• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Une lettre ouverte co-signée par le député du Cher François Cormier-Bouligeon en soutien au mouvement hongkongais

François Cormier-Bouligeon LREM (1ère circo Cher) / © Droit Réservé
François Cormier-Bouligeon LREM (1ère circo Cher) / © Droit Réservé

François Cormier-Bouligeon et une vingtaine d'autres députés LREM ont co-signé une lettre ouverte pour dénoncer les violences policières à Hong Kong, le 11 août dernier. Depuis 31 mars, les manifestants font face à une violence croissante de la part du régime.

Par Bertrand Mallen

"Le silence [...] de la classe politique française est assourdissant." Eux, en tout cas, veulent se faire entendre. Une vingtaine de députés LREM, parmi lesquels le député du Cher François Cormier-Bouligeon, ont signé une lettre ouverte "aux dirigeants de Hong Kong, aux dirigeants de Pékin, et aux acteurs du mouvement hongkongais." Une initiative que dirige Jean-François Cesarini, député LREM du Vaucluse.
 

 

Dénoncer les violences policières du régime

Depuis le 31 mars, les manifestations prennent de plus en plus d'ampleur à Hong Kong, où les opposants exigent de l'exécutif le retrait d'une loi d'extradition controversée. Une opposition qui a cristallisé d'autres exigences populaires, notamment sur le suffrage universel et la préservation des libertés individuelles propres aux citoyens hongkongais.

Cette mobilisation a largement impressionné à l'international. Le 12 août, un nouveau palier a été franchi, avec le blocage par les manifestants de l'aéroport de Hong Kong, l'un des plus fréquentés du monde. Après de violents affrontements avec la police, le trafic a fini par reprendre le 14. Au total, cinq personnes sont mortes depuis le début du mouvement, au moins 140 blessées dont 22 policiers, et plus de 500 arrêtées.

Grimés pour évoquer les personnes éborgnées par la police, les manifestants ont présenté leurs excuses aux touristes de l'aéroport

 

Le bruit des bottes

Dix jours après des manifestations contre les violences policières en France, la lettre des députés souhaite rappeler "l'amitié" entre la Chine et la France, et l'espoir que "le dialogue l'emportera". "Un grand pays comme la Chine n'a pas à avoir peur de la liberté et de l'expression populaire", relève notamment le document. "Toute répression aveugle n'a jamais avancer une société et ne fragilise que celui qui l'emploie." Au même moment, la Chine a déployé des troupes sur la frontière avec Hong Kong afin de dissuader le mouvement de se prolonger.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le doublement du pont de Jargeau fait toujours débat

Les + Lus