Covid-19 : le taux d'incidence a doublé en une semaine dans le Centre-Val de Loire

Publié le
Écrit par Adeline Divoux .

La 8e vague semble avoir bien commencé en Centre-Val de Loire. Selon les derniers chiffres communiqués par l'ARS ce mardi 20 septembre, le taux d'incidence du Covid-19 a quasiment doublé en une semaine dans la région, passant de 165,2 à 303,7 pour 100 000 habitants.

Le taux d'incidence du Covid-19 augmente significativement dans le Centre-Val de Loire. Il a d'ailleurs presque doublé la semaine du 11 au 17 septembre par rapport à la semaine précédente : il est désormais établi à 303,7 pour 100 000 habitants, contre 165,2 une semaine auparavant, selon les derniers chiffres de l'agence régionale de santé (ARS) publiés mardi 20 septembre. 

Dans le détail, c'est dans le Cher que le taux pour 100 000 habitants est le plus élevé (372,2), suivi du Loiret (317,6) et de l'Eure-et-Loir (301,8). Les autres départements de la région sont sous la barre des 300 : l'Indre (294,4), l'Indre-et-Loire (287,6) et enfin le Loir-et-Cher (250,9).

La rentrée scolaire comme facteur de progression de l'épidémie

Dans la région, le taux de positivité est de 25,8%, contre 19,9% la semaine dernière. Sur 30 227 personnes testées cette semaine, 7 789 sont positives au covid. Un taux en augmentation qui s'explique d'une part par le nombre de test plus important (plus de 30 000 cette semaine, contre plus de 21 000 la semaine précédente), d'autre part en raison de "la rentrée scolaire et professionnelle qui amènent à davantage de contacts et donc davantage de contaminations", selon Laurent Habert, le directeur de l'Agence Régionale de Santé (ARS) Centre-Val de Loire. 

Le second rappel de vaccin recommandé

Pour l'instant, la situation sanitaire n'impacte pas l'hôpital. À Orléans par exemple, il n'y a pas de tensions particulières dans les services de médecine et de réanimation du CHRO, mais il faut rester vigilant selon le docteur Thierry Prazuck, chef du service des maladies infectieuses. "Si on ne veut pas se retrouver dans une situation où on va faire porter le masque partout ou avoir des confinements, il faut se précipiter pour avoir un second rappel de vaccin", dit-il.

Le médecin explique que le premier rappel est de moins en moins efficace au fil du temps. Il précise d'ailleurs que ce nouveau rappel est fortement recommandé aux plus de 60 ans et aux personnes présentant des comorbidités.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité