DATA Covid-19 : quel est le taux de personnes vaccinées en Centre-Val de Loire ?

La stratégie vaccinale par tranche d'âge continue de se poursuivre suivant le calendrier gouvernemental. Cinq mois après la première injection sur le territoire français, où en est la vaccination en Centre-Val de Loire ? 

La vaccination continue de se poursuivre partout en France.
La vaccination continue de se poursuivre partout en France. © Sebastian Willnow/dpa/picture-alliance/Newscom/MaxPPP

Mardi 27 avril, la France a franchit le seuil des 20 millions d'injections de vaccin anti-Covid. Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et bientôt Janssen : ils sont de plus en plus nombreux sur le marché. La priorité du gouvernement : vacciner l'ensemble du pays pour essayer d'endiguer l'épidémie de Covid-19, mais la campagne vaccinale n'est pas sans couac (retard de livraisons de doses, polémique AstraZeneca, retard dans l'ouverture des vaccinodromes...). Ces polémiques ont ralenti les choses. 

Alors, depuis la première injection, administrée le 27 décembre 2020 en France, où en est la vaccination en Centre-Val de Loire ? Pour répondre à cette question, nous nous sommes penchés sur les chiffres fournis par Santé Publique France sur la plateforme Géodes. On constate rapidement que la région est au-dessus de la moyenne nationale en ce qui concerne la vaccination des seniors de plus de 70 ans. 

Des seniors sur la touche, des jeunes opportunistes

Infographie - Personnes ayant reçues au moins une dose de vaccin en Centre-val de Loire, selon l'âge (en %)
Infogram

Cependant, lorsqu'on regarde attentivement ces chiffres, on observe que les 75/79 ans sont davantage vaccinés que les + de 80 ans, quelque soit le département. La raison principale ? Hors EHPAD, "les personnes âgées peinent à décrocher un rendez-vous et sont nombreuses à pester contre une organisaton défectueuse" selon nos confrères du Figaro. Cette difficulté, ajoutée à la fracture numérique connue par cette population âgée, empêche donc des personnes à risque de se faire vacciner.

De plus, elles sont nombreuses à se méfier des injections d'AstraZeneca. Elles sont les plus largement administrée mais aussi les plus controversées depuis les liens établis entre le vaccin et des cas de thrombose.

Autre donnée surprenante : des personnes de moins de 30 ans, derniers sur le calendrier de vaccination du gouvernement, ont pu recevoir au moins une dose de vaccin. Les chiffres les plus élevés sont observés en Indre-et-Loire, où 5,1% des 18/24 ans et 7,3% des 25/29 ans en ont bénéficié. Ces quelques exceptions correspondent à des patients atteints de comorbidité, mais aussi à ceux venus en centre de vaccination quand il y a des désistements. Commes les autres populations, ils sont soucieux de retrouver leurs proches, plus âgés, et se saisissent donc de la moindre occasion pour se faire vacciner. 

"Ouvrons à tous ceux qui veulent être vaccinés"

Si la vaccination est pour l'heure réservée à un public prioritaire, l'accès des autres citoyens à ces précieuses doses relèvent parfois d'un véritable parcours du combattant. Pourtant, sur la plateforme Vite ma dose, ce jeudi 29 avril à 12h, 337 456 créneaux de vaccination étaient disponibles en France. Un chiffre élevé que le Ministre de la Santé justifie par "le reflet de l'augmentation des livraisons de vaccins, notamment des vaccins ARN Messager".

Pendant qu'Olivier Véran, le ministre de la Santé, maintient "la priorisation par tranche d'âge", des applications comme Covidliste s'adressent au plus grand nombre, aux volontaires qui souhaitent récupérer une dose qui risque d'être gaspillée. "Les stocks de vaccin étant mieux et plus vite écoulés, l'immunité collective pourra être atteinte plus rapidement" peut-on lire sur le site.

"Aujourd'hui on voit qu'on plafonne, qu'on perd du temps, ouvrons à tous ceux qui veulent être vaccinés". A l'image de Renaud Muselier, président Les Républicains de la région PACA ou encore Anne hildago, la maire socialiste de Paris, de nombreux élus demandent à ce que la vaccination soit ouverte à toux ceux qui le demandent. Pour l'heure, le gouvernement envisage tout juste d'ouvrir la vaccination plus tôt que prévu à tous les plus de 50 ans. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
region centre-val de loire open data internet vaccins - covid-19 santé société covid-19