Replay. REGIONALES 2021 : le président sortant PS François Bonneau en tête du premier tour en Centre-Val de Loire

Le président sortant François Bonneau a pris la tête du premier tour des régionales avec 24,81% des voix. Suivent le RN Aleksandar Nikolic (22,24%), le LR Nicolas Forissier (18,82%), le MoDem Marc Fesneau (16,65%) et l'écologiste Charles Fournier (10,85%).

Les différents candidats aux élections régionales 2021 en Centre-Val de Loire.
Les différents candidats aux élections régionales 2021 en Centre-Val de Loire. © C. Mette / France Télévisions

Elections départementales et régionales : la soirée électorale en Centre-Val de Loire (partie 1/3) 

Le Centre-Val de Loire va-t-il réélire son président ? François Bonneau, président sortant PS, a pris la tête du premier tour des régionales ce 20 juin, avec 24,81% des voix. Président depuis 2007 (il avait succédé pour un demi-mandat à Michel Sapin, avant d'être réélu en 2010 et 2015), il n'était parvenu à conserver la majorité au conseil régional en 2015 qu'à un petit siège prêt. Grâce, notamment, au soutien des écologistes.

Le RN Aleksandar Nikolic, donné favori du dernier sondage pour France 3, arrive deuxième avec une estimation de 22,24%. Une contre-performance d'autant plus visible que, en 2015, le FN d'alors était arrivé en tête au premier tour en Centre-Val de Loire avec 30% des voix, avant d'enregistrer un score similaire au deuxième tour. Si bien que 15 frontistes ont pu siéger au conseil régional depuis six ans. Il reconnait : 

Donné en tête à 20h selon de premières estimations, François Bonneau avait été dépassé par Aleksandar Nikolic lors de la publication de résultats par le ministère de l'Intérieur sur la base d'un dépouillement de 50% des bulletins.

Le député Nicolas Forissier, tête de liste Les Républicains qui souhaitait faire basculer une région qui échappe à la droite depuis 1997, arrive troisième avec 18,82% des voix. Le groupe LR-UDI sortant pèse pour 20 siège sur 77 au conseil régional sortant. 

Grosse déception pour Marc Fesneau : le ministre MoDem obtiendrait 16,65% des voix. En l'investissant, l'alliance MoDem-LREM avait une grosse carte à jouer dans la région. Brièvement député du Loir-et-Cher et maire de Marchenoir pendant près de 10 ans, Marc Fesneau avait été conseiller régional entre 2004 et 2010, déjà sous les présidences de Michel Sapin, puis de François Bonneau.

La liste du 11e vice-président sortant Charles Fournier, estampillée Europe Ecologie-Les Verts/La France insoumise, obtiendrait 10,85% des voix. Bien que siégeant au conseil régional au sein de la majorité (10 sièges sur les 39 de la majorité), les écologistes étaient partis de leur côté, espérant mener le rassemblement de la gauche.

A la tête d'une liste citoyenne, baptisée "Démocratie et écologie", Jérémy Clément -qui a animé le mouvement des gilets jaunes dans le Giennois- et l'élue sortante écologiste Christelle de Crémiers obtiennent 4,07% des suffrages exprimés dans la région. La liste Lutte ouvrière, menée par Farida Megdoud, ferme le peloton avec 2,56%.

Quels rassemblements au deuxième tour ?

C'est donc derrière la liste socialiste de François Bonneau que devrait se faire ce rassemblement en vue du deuxième tour. Les négociations vont s'entamer "dès ce soir", à en croire Carole Canette, première secrétaire de la fédération PS du Loiret, qui promet une conférence de presse dès demain matin. Le maire de Bourges PS Yann Galut, présent sur le plateau de France 3 Centre-Val de Loire, a affirmé que "François Bonneau souhaite le rassemblement avec Europe Ecologie-Les Verts", et n'a pas fermé la porte aux alliés Insoumis de Charles Fournier : "La logique serait que le rassemblement se fasse avec toute la liste de Charles Fournier". Scénario confirmé par le principal intéressé :

Entre Marc Fesneau et Nicolas Forissier en revanche, rien de précis à ce stade. Pour autant, le candidat MoDem reconnait que, "sur bien des sujets, il n’est pas utile de chercher des querelles, nous sommes sur la meme longueur d’ondes", annonçant en creux la tenue de négociations très prochaines. Le député LR a de son côté renvoyé l'ancien maire de Marchenoir (41) à ses repsonsabilités : "C’est à Marc Fesneau de se déterminer, c’est moi qui suis en tête, c’est lui qui doit prendre ses responsabilités. Je serai tête de liste."

Une abstention record

Selon une première estimation communiquée par IPSOS/Steria, l'abstention en France sur les deux scrutins combinés a atteint le taux record de 66.1%. Le Centre-Val de Loire se serait abstenu à 67%, contre 50.4% en 2015. Un dossier d'analyse constitué par la même agence statistique évoque les raisons de l'abstention. Sur un échantillon représentatif de 3001 électeurs, interrogés entre le 16 et le 19 juin, 39% des abstentionnistes qui se sont déclarés disent ne pas aller voter "parce qu'[ils] pensent que ces élections ne changeront rien à leur vie quotidienne". Un résultat qui témoigne d'un manque de pédagogie sur les compétences attribuées aux régions et départements, qui influencent en réalité beaucoup sur notre quotidien.

Mais les 2ème et 3ème raison le plus fréquemment citées attestent du caractère très politique, voire revendicatif de l'abstention. 23% des abstentionnistes estiment en effet par ce biais "manifester leur mécontentement à l'égard des hommes politiques en général". Enfin, 22% disent ne pas être allés voter "parce qu'aucune liste ou aucun candidat ne leur plaît".

Au micro de France 3, Aleksandar Nikolic a estimé que les élections régionales "n'intéressent plus que les impliqués, les élus, les associations" et les "passionnés par ce type d'élections". Le président de la région PS François Bonneau a lui aussi réagi, souhaitant porter un message d'espoir après ce record d'abstention :

A 17h, la participation s'établissait à 27,76 % dans la région, soit près de 15 points de moins que lors du précédent scrutin régional en 2015. C'est malgré tout plus qu'au niveau national (26,72%).

Avec 33,10 % de participation à 17h, le Loir-et-Cher est le département ayant le plus voté de la région, malgré une importante baisse par rapport aux précédentes régionales en 2015 (-5 points). Suivent l'Indre (30,94 %), le Loiret (29,37 %) et le Cher (13,70%). Les électeurs se sont moins déplacés en Eure-et-Loir (23,72 %) et en Indre-et-Loire (23,70 %). Dans tous les départements, la participation est en baisse par rapport au précédent scrutin, en 2015. 

A midi, la participation s'établissait à 13,58% dans la région, soit plus d'un point au-dessus du niveau national (12,22%). Le classement des départements selon la participation était assez similaire : le Loir-et-Cher en tête (15,39%), puis le Loiret (15,03%), l'Indre (14,56%) et le Cher (13,70%). L'Indre-et-Loire (11,51%) et l'Eure-et-Loir (10,51%) se situaient déjà en queue de peloton.

Dans trois départements de la région, François Bonneau est arrivé en tête des suffrages exprimés. C'est le cas dans le Cher, en Indre-et-Loire et dans le Loiret. Dans le 18 et le 45, Aleksandar Nikolic est son dauphin, mais est dépassé par Nicolas Forissier en Touraine. Dans les trois autres départements de la région, les habitants ont privilégié les candidats issus de leurs territoires. Aleksandar Nikolic, délégué départemental RN 28, s'impose en Eure-et-Loir. Dans l'Indre, c'est le député du 36 Nicolas Forissier qui a pris la tête. Marc Fesneau s'est imposé quant à lui en Loir-et-Cher, où il a été maire et député pendant plusieurs années. Dans le 36 et le 45, François Bonneau est bon deuxième, mais est relégué en troisième place derrière le RN en Loir-et-Cher.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
region centre-val de loire élections régionales 2021 politique élections