Équitation : suivez les Jeux Équestres Mondiaux depuis Tryon (États-Unis)

C'est à Tryon, aux Etats-Unis, que se déroule l'édition 2018 des Jeux Équestres Mondiaux / © Ana Mengotti/EFE/Newscom/MaxPPP
C'est à Tryon, aux Etats-Unis, que se déroule l'édition 2018 des Jeux Équestres Mondiaux / © Ana Mengotti/EFE/Newscom/MaxPPP

Les JEM, Jeux Équestres Mondiaux, se déroulent aux États-Unis jusqu'au 23 septembre. Suivons l'évolution de l'Equipe de France sur place, qui a déjà remporté une médaille de bronze au Concours complet d'équitation

Par Nicolas Ricoud

Les Jeux Équestres Mondiaux, c'est quoi ?

Tous les 4 ans, depuis 1990, la fédération équestre internationale organise les Jeux Equestres Mondiaux. La dernière édition, en 2014, s'était déroulée en Normandie à Caen.
 
Pour cette 8e édition, direction les Etats-Unis. Les JEM 2018 se déroulent à Tryon, en Caroline du Nord.
 


Découvrez la liste des français qui se rendent sur place grâce à cette vidéo publiée sur la page Facebook de la FFE :
 

 


Les premiers bilans : sévères pour l'organisation

Les Jeux Equestres 2018 de Tryon se terminent dans quelques heures. Les dernières médailles ne sont pas encore délivrées que les premiers bilans se font jour.

Certains esprits critiques s’étaient exprimés lors des JEM2014 à Caen, notamment lors du Concours Complet D’Equitation. Sous la pluie et sur un terrain totalement détrempé, cette compétition avait pâtît d’un accès catastrophique aux terres du Haras du Pin ; certains spectateurs venant d’Australie et de Nouvelle Zélande n’avaient jamais atteint le Pin-au-Haras et avaient même dû faire demi-tour. Les heureux qui avaient bravé une longue attente sur le réseau routier secondaire totalement bouché, avaient souffert du sous-dimensionnement des installations, qu’il s’agisse de la restauration ou des commodités. Mais assurément, ces éléments n’étaient en rien comparables à ce que l’édition 2018 semble avoir proposé aux visiteurs comme, et c’est beaucoup plus ennuyeux encore, aux compétiteurs.

Il y a eu le raté du début avec l'épreuve d'endurance, pénalisant pour la France d’ailleurs. Épreuve interrompue une première fois puis carrément annulée en pleine course après un gros cafouillage.
Le canadien Eric Lamaze, un des meilleurs cavaliers mondiaux, s’est confié à Grand Prix pour sa spécialité qui le concerne au premier chef : le saut d’obstacles. Mais ses propos résonnent pour tout le reste. Et il n’y va pas avec des pincettes pour fustiger cette édition.

Selon l’ancien champion Olympique de Hong Kong, le complexe n’était pas terminé à l’entame de la compétition. Et la qualité de ce qui était offert pas à la hauteur

Les écuries, les carrières de détente, et la piste de compétition étaient correctes, mais clairement pas au niveau d’un championnat du monde.


Les images parlent d’elles mêmes et certains commentaires sur les réseaux sociaux n’ont pas manqué de le souligner. La foule n’était pas au rendez-vous.
« De nombreux sièges étaient vides et il n’y avait aucune ambiance. Aucune ombre pour que les cavaliers ne puissent regarder les épreuves. »
4 ans en arrière, le stade Malherbe qui accueillait l'hippique était plein.
 



Plus regrettable encore pour le respect du bien être des chevaux, les horaires n’étaient pas aménagés en fonction de la chaleur qui sévit d’ordinaire dans cette partie des Etats Unis à cette période de l’année. « Les chevaux étaient contraints de concourir pendant les heures les plus chaudes de la journée. En 2010 au Kentucky, la météo avait été prise en compte lors de la réalisation du programme sportif… Remettre tous les problèmes rencontrés sur le compte de l’ouragan n’est pas valable. Il y a eu un manque d’efforts, un manque de respect du cheval, personne n’a pris la mesure de ce qu’accueillir un championnat du monde implique. »
Et de conclure :

Ce furent les pires Jeux équestres mondiaux jamais organisés.

 

Dernières épreuves pour le dernier week-end

Les JEM vont s'achever ce dimanche 23 septembre.

Parmi les dernières épreuves présentées au public, il y a le saut d'obstacles qui se déroule sur plusieurs jours. Pour l'épreuve en équipe, les français doivent se qualifier parmi les 6 premiers pour obtenir leur ticket pour les JO 2020.  Cette finale n'aura pas la même formule que lors des éditions précédentes : plus spectaculaire mais davantage décriée aussi.

En individuel, le français Alexis Deroubaix accède à la phase finale. Il pourrait créer la surprise. Sa qualification est une belle performance. Voici sa réaction :
 



Il y a également l'épreuve d'attelage. Après la première phase de dressage (l'équipe de France étant 3e au classement provisoire après cette épreuve), il va y avoir le marathon ce samedi : un parcours en pleine nature de 8km et qui compte huit obstacles.

 

Voltige : Leclezio champion du monde ! 

En cette deuxième semaine de Jeux Equestres Mondiaux au Etats-Unis, les épreuves de voltige ont été lancées. Un spectacle qui en met plein les yeux pour les spectateurs venus nombreux. 3 hommes concourent sous les couleurs bleu-blanc-rouge : Clément Taillez, Vincent Haennel et Lambert Leclezio ainsi qu'une femme : Manon Noël. Sur sa page Facebook, la FFE a publié de très jolies photos de voltige.

Samedi soir, la France remporte une médaille d'or à l'épreuve individuelle de Voltige. C'est Lambert Leclezio sui rapporte cette première place à la France. Il a 21 ans ! En 2016, il avait déjà été sacré champion du monde mais sous les couleurs de l'île Maurice. 
 

 

 

Saut d'obstacles

Mercredi 19 septembre, l'équipe de France s'est lancé dans l'épreuve du saut d'obstacles. Nicolas Delmotte, Alexandra Francart, Alexis Deroubaix et Kevin Staut composent la team tricolore. Les épreuves se poursuivent sur plusieurs jours. Le sélectionneur de cette discipline, Philippe Guerdat, revient en vidéo sur cette première journée :
 


 

Un long week-end de concours complet : la France gagne une médaille de bronze en équipe

C'est sur plusieurs jours que se déroule l'épreuve du concours complet, du jeudi 13 au dimanche 16 septembre (prolongé au lundi 17).
Le concours complet est composé du dressage (jeudi et vendredi), du cross (samedi) et du saut d'obstacles (dimanche).

L'Equipe de France est composée des cavaliers Donatien Schauly, Maxime Livio, Thibaut Vallette et Sidney Dufresne. Astier Nicolas concoure en individuel. La France s'élancera en 17e position. 

Après l'épreuve de dressage du concours complet, vendredi soir, la France occupait fièrement la 4e position, juste derrière l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Il est important de préciser que le dressage reste une étape importante dans l'obtention du titre. Reste le cross et le saut d'obstacles au cours de ce week-end. Serge Cornut, adjoint pour le dressage, s'est dit satisfait de la prestation des tricolores.
 


La journée du samedi, consacrée au cross, a été riche ! Il faut dire, soyons chauvins, que les cavaliers tricolores ont réalisé un beau parcours pour le concours complet en équipe et ils remontent en 3e position du classement provisoire.

Le saut d'obstacles, la dernière épreuve du concours complet d'équitation (Eventing en anglais), devait se dérouler ce dimanche. A cause du risque de pluie important, les organisateurs ont décidé de décaler les épreuves à demain lundi. Mais ce changement de date a profité à l'équipe de France qui a maintenu sa 3e place. Et au bout de 5 jours d'épreuves, les quatre cavaliers tricolores obtiennent une belle médaille de bronze. Et cerise sur le gâteau, c'est une qualification directe pour les prochains Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo (Japon).
 

Écoutons la réaction du sélectionneur des Bleus au concours complet, Thierry Touzaint :



► Ce week-end se déroulait aussi la compétition de Reining. Pour cette discipline d'équitation western, félicitons Mathieu Buton (10e) et Axel Pesek (13e), qui ont participé à la finale alors que c'était leur première participation aux JEM (voir le tableau des résultats définitifs). Voici la réaction de Guy Duponchel, le sélectionneur national :
 


 

Mercredi 12 septembre : les choses sérieuses commencent

En ce mercredi 12 septembre 2018, les jeux comment avec les premières compétitions. En matinée, épreuves d'endurance et de reining. Dans l'après-midi, place à l'inspection des chevaux qui vont participer au concours complet. La France partira en 17e position, ce qui semble être un bon tirage.
 


 

Mardi 11 septembre : cérémonie d'ouverture

Alors que le cyclone nommée Florence menace la Caroline du Nord où se déroulent les Jeux Équestres Mondiaux, la cérémonie d'ouverture a bien eu lieu. Les cavaliers membres de l'équipe de France ont participé à cette cérémonie qui se déroulait ce mardi 11 septembre 2018. C'est Astier Nicolas qui était le porte drapeau des tricolores. Bleu blanc rouge jusque dans ses habits comme vous pouvez le constater sur les photos ci-dessous publiées par la fédération.
 

 

En route pour les JEM

Les cavaliers ont pris l'avion avec leurs chevaux. Voici en vidéo à quoi ressemblent l'intérieur d'un avion avec les box pour les équidés :
 

 
 

Suivez les compétitions en vidéo

Cette année, pour que les francophones puissent suivre toute la compétitions, la fédération Française d'Equitation s'est rapprochée de Cheval TV. Une façon simple de regarder les différentes épreuves, sur son smartphone ou sa télévision.
 

 

8 spécialités et nos chances de médailles

Aux Jeux équestres mondiaux, on retrouve 8 épreuves différentes :
  • Attelage
  • Concours complet d'équitation
  • Dressage
  • Dressage para-équestre (handisport)
  • Endurance
  • Reining (équitation western)
  • Saut d'obstacles
  • Voltige en cercle
 
Parmi les cavaliers présents aux JEM2018, il y aura Kevin Staut, Philippe Rozier, Roger-Yves Bost, champions olympiques par équipe à Rio en concours de sauts d’obstacles. Ou encore des pointures comme Astier Nicolas, qui avaient ouvert le compteur des médaille d’or au Brésil, en 2016 en concours complet. Deux spécialités dans lesquels les français prétendent à un podium en équipe ou en individuel.

Karim Laghouag ne fait pas partie de la sélection en raison d’une blessure tardive de son cheval Punch à un postérieur.
 

L'équitation, au cœur des régions de France 

La filière économique est largement représentée en France. La pratique de l’équitation, quelles que soient les spécialités (il y en a des dizaines) est très répandue. C’est d’ailleurs la 3e fédération sportive, en nombre de licenciés. Et le premier sport féminin. 
 
Les régions de France ont toutes un lien avec l'équitation.
 
Les 5 concours de sauts d’obstacles français classés "cinq étoiles" réunissent le Jumping international de France à La Baule, les étapes de la Coupe du Monde à Lyon et à Bordeaux, et les étapes du Global Champions Tour à Cannes et Chantilly.

En concours complet, quelques rendez vous de premier plan ponctuent le calendrier mais c’est sans nul doute le 4 étoile de Pau organise fin octobre qui en fait un rendez-vous international incontournable. 

En région Centre-Val de Loire, c'est à Lamotte-Beuvron que la Fédération Française d’Equitation s'est installée avec le parc équestre fédéral, une structure unique en Europe avec ses 25 hectares de pistes sportives. Une structure qui se développe plus encore ces dernières années et possède de sérieux arguments pour accueillir les épreuves équestres en 2024, lors des jeux olympiques organisés à Paris pour la France.
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

interview sur l'état des nappes en région CVDL

Les + Lus