• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Chartres : trois lycéens qualifiés pour la finale de la World Scholar’s Cup aux Etats-Unis

Emma, Guillaume et Maximilien à La Haye pour des épreuves de la World Scholar's cup. / © DR / Emma Lebeau
Emma, Guillaume et Maximilien à La Haye pour des épreuves de la World Scholar's cup. / © DR / Emma Lebeau

Emma, Guillaume et Maximilien, trois lycéens de Chartres, se sont qualifiés pour la finale de la World Scholar’s Cup, une compétition entre étudiants du monde entier qui se déroulera en novembre à l’Université de Yale aux Etats-Unis. Ce sont les seuls Français sélectionnés.

Par Julie Postollec

A 17 et 16 ans, Emma, Guillaume et Maximilien ont déjà fréquenté des Canadiens, des Japonais, des Indiens… Et ce, grâce à la World Scholar’s Cup, une espèce de super coupe internationale en anglais du savoir et de l’argumentation (lire l’encadré ci-dessous).

Tous trois lycéens à l’Institution Notre-Dame de Chartres (IND), ils avaient participé une première fois à cette compétition en 2de. "On en avait entendu parler par trois lycéens plus âgés que nous, qui étaient allés à des épreuves à Vienne", se souvient Emma. 

"Juste après, le lycée avait demandé aux équipes de la World Scholar’s Cup de venir à Chartres pour présenter la compétition", poursuit-elle.

 

De Chartres à Barcelone

Le concours, encore assez peu implanté en France, l’est depuis deux ans à l’IND de Chartres, car comme le rappelle Marc Tranin, le directeur, le projet pédagogique de l’établissement est international.

"La World Scholar’s Cup est une des dimensions du projet. Pour les élèves qui veulent y participer et qui ont un niveau suffisant en anglais, c’est un des moyens de mettre en à l’épreuve et de valoriser ce projet international, parmi d’autres éléments."

Emma, Guillaume et Maximilien, tous trois à l'aise en anglais, avaient justement voulu participer. Après un premier essai quand ils étaient en 2de, ils ont à nouveau tenté leur chance en 1ere, surtout que Chartres était l'un des sites qui accueillaient les premiers tours, en juin dernier.

 

Entre préparation du bac et de la World Scholar’s Cup

Une participation pas forcément facile à préparer pour les trois Chartrains qui passaient leur bac de français en parallèle, et se sont concentrés dessus dans un premier temps.

"Etant donné qu’il y a six sujets à la World Scholar's Cup, on a décidé de se répartir deux sujets chacun", détaille Emma.

Une fois le bac passé et la qualification en poche pour la 2eme étape, "on a passé deux semaines et demi à vraiment se préparer pour le second tour, et c’est là qu’on a commencé à bien apprendre tous les thèmes". 

Ils se sont donc rendus à La Haye, du 22 au 26 juillet, où ils étaient les seuls Français parmi 1500 lycéens.
Emma, Guillaume et Maximilien, seuls représentants français à la World Scholar’s Cup à La Haye. / © DR / Emma Lebeau
Emma, Guillaume et Maximilien, seuls représentants français à la World Scholar’s Cup à La Haye. / © DR / Emma Lebeau

Marc Tranin admet qu’il y a assez peu de compétiteurs français  :"c’est d’ailleurs dommage parce que c’est intéressant de mettre en avant les compétences oratoires et rhétoriques d’un élève, de l’amener à maîtriser ses émotions, quand il doit prendre la parole devant tout le monde, à argumenter."

 

La découverte des cultures

Parmi les épreuves, Emma a surtout été séduite par les débats : "on n’a pas l’habitude, car on fait surtout de l’écrit à l’école".

Mais cette passionnée des langues a surtout apprécié la découverte des cultures. "Etant donné que c’est une compétition qui rassemble des élèves du monde entier, la World Scholar’s Cup fait en sorte d’organiser des temps de partage, de rencontre, d’échange, c’est vraiment ça qui est intéressant", s’enthousiasme Emma.

Dès la première journée, les équipes "sont disloquées et la World Scholar’s Cup fait des groupes de 15 personnes qui viennent chacune d’un pays différent. Moi j’étais dans un groupe où il y avait un Japonais, une Canadienne, un garçon qui venait d’Inde…" De quoi lui donner envie de travailler à l’international ? "Peut-être, je ne sais pas encore".


Cagnotte en ligne pour aller à Yale

Au final, Emma, Guillaume et Maximilien ont été qualifiés pour la phase finale à l’Université de Yale en novembre, où sont attendus jusqu’à 3000 participants. "Bien sûr qu’on en est fiers, s'exclame Marc Tranin, et sur les trois, Maximilien a été dans les huit premiers dans l’exercice individuel d’argumentation, sur 1000 compétiteurs".

Il ignore jusqu’où pourront aller ses élèves à Yale "mais c’est toujours bien d’avoir ce type d’expérience et de pouvoir le montrer dans un CV", conclue-t-il.

Encore faut-il pouvoir s’y rendre, car il faut que chaque lycéen paye son inscription, son billet d’avion, son hébergement… Les trois Chartrains lancent donc un appel aux dons pour réunir l’argent nécessaire avant septembre, date butoir des inscriptions.


 

La World Scholar's Cup, c'est quoi ?

La première édition de la World Scholar’s Cup ou "coupe du monde scolaire des élèves" a eu lieu en 2006 à Séoul en Corée du Sud.

"C’est un concours international mis en place par les universités de Harvard et de Yale aux Etats-Unis", explique Marc Tranin, chef d’établissement de l’Institution Notre-Dame à Chartres. Cela "consiste à faire débattre des jeunes du monde entier sur des thèmes actuels".

Cette compétition se déroule en trois tours, uniquement en anglais, avec à chaque fois des délégations internationales :

  • Un premier tour (en anglais regional round), organisé dans différents lieux
  • Un deuxième tour environ sur 5 jours (en anglais global round), organisé dans différents lieux dans le monde
  • La phase finale aux Etats-Unis, avec environ 3000 participants

Les épreuves sont les mêmes à chaque tour :

  • Un QCM individuel
  • Un QCM collectif
  • 3 débats face à d’autres équipes
  • L’écriture et la présentation de 3 essais

Chaque année, ces épreuves tournent autour d’un thème global. Cette année, le thème choisi est "le monde en marge". A partir de ce grand thème, les lycéens ont 6 matières à travailler :

  • Histoire (ex : les personnes en marge comme les esclaves, les femmes…)
  • Sciences sociales
  • Littérature
  • Sciences
  • Mystère (ex : les mystères irrésolus de l’Humanité comme les pyramides, Stonehenge)
  • Arts et musiques

Pour comprendre un peu mieux, Emma nous confie quelques détails : "la World Scholar’s Cup nous donne plein de pistes. Dans arts et musiques par exemple, on a un certain nombre d’œuvres à connaître, qu’on doit savoir analyser et à partir de ça, on doit répondre à des QCM."

Sur le même sujet

Manifestation des défenseurs de la cause animale à la Fête de la Sange de Sully-sur-Loire (Loiret)

Les + Lus