Une société chartraine vient de créer une machine capable de produire de l'eau douce à partir de l'eau de mer grâce à la seule énergie solaire. Le prototype, développé par les ingénieurs Marc Vergnet et Maxime Haudebourg, suscite beaucoup d'intérêt de la part de pays dépourvus de ressources en eau. 

Les Emirats arabes Unis, le Maroc, le Bangladesh, la Polynésie Française, la Martinique, tous ces territoires, où la ressource en eau est rare, se sont d'ores et déjà déclarés intéressés par le système Osmosun. 

Il faut dire que le prototype, conçu par la société chartraine Mascara Nouvelles technnologies, est révolutionnaire. Equipé de panneaux solaires, il dessale l'eau de mer en produisant sa propre électricité. Résultat : le bilan carbone est divisé par deux par rapport aux moteurs diesel habituellement utilisés pour les opérations de dessalage.  

A l'avenir, les nouvelles installations d'eau douce se feront avec des énergies renouvelables. En 2020, 20% de l'eau dessalée sera solaire, 80% en 2035 prévoit Marc Vergnet.


Autre avancée, le rejet en eau salée dans les mers et les océans a été divisé par deux. Et son coût représente la moitié du prix d'une installation conventionnelle.

video : Comment ça marche ? reportage à Mainville (28)  par Pierre Bouchenot et P.Do Lepais
Voici une innovation qui pourrait changer l'avenir des pays du Sud. Pour la première fois, une machine capable de produire de l'eau douce à partir de l'eau de mer grâce à la seule énergie solaire. Ce sont des ingénieurs de la région Marc Vergnet et Maxime Haudebourg, qui l'ont développée

Agissons pour le climat : la COP 21 vue des Régions
► La COP 21 sur France Télévisions 
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité