Eure-et-Loir : des voleurs de voitures soupçonnés d'endormir leurs victimes interpellés

Une équipe de 17 personnes spécialisée dans le vol de voitures et soupçonnée d'avoir eu recours à des produits chimiques pour endormir leurs victimes a été interpellée par la gendarmerie des Yvelines, a-t-on appris mercredi de sources policières.
 

Archives. Une unité du GIGN
Archives. Une unité du GIGN © Jean Pierre Amet - max ppp
Les suspects, "implantés dans le secteur de Dreux", selon la gendarmerie, opéraient de nuit dans le département des Yvelines et choisissaient les maisons "en fonction des voitures". Les enquêteurs soupçonnent les malfaiteurs d'avoir eu recours à des produits chimiques pour maintenir dans un sommeil profond les propriétaires des véhicules, car :

les victimes présentaient des nausées au réveil et un fort endormissement au moment des faits,

a précisé une source au sein de la gendarmerie. "Les auteurs ont même pu aller jusque dans les chambres des victimes sans qu'elles se réveillent", a assuré la même source. Des traces de molécules chimiques ayant pu servir à endormir les victimes ont été retrouvées sur les lieux des faits mais aucun des suspects n'a reconnu avoir eu recours à un tel procédé.  

Le GIGN en renfort


Quatre personnes, "voleurs et receleurs principaux", ont d'abord été interpellées le 21 mars en Eure-et-Loir, avec l'appui du GIGN. Cinq véhicules volés ont été saisis au cours de l'opération ainsi qu'1 kg d'héroïne et 4,5 kg de résine de cannabis. Les quatre suspects ont été incarcérés.

Trois vagues d'interpellations entre avril et mai ont ensuite permis d'appréhender treize autres suspects, "complices impliqués dans une moindre part", selon les gendarmes.
Les enquêteurs estiment que l'équipe a réalisé une vingtaine de vols de voitures pour un préjudice estimé à 450.000 euros. Les véhicules, une fois volés, étaient destinés à l'export ou vendus à d'autres équipes de malfaiteurs, toujours selon les gendarmes.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers