Remaniement : "une déclaration de guerre aux locataires", la nomination de Guillaume Kasbarian au Logement passe mal auprès des associations

Guillaume Kasbarian, député d'Eure-et-Loir a été nommé ministre du logement par le Premier ministre Gabriel Attal, jeudi 8 février. Une annonce qui passe mal auprès des associations de lutte contre la précarité.

La Quotidienne des Régions
Tous les jours à 13h, notre rédaction vous réserve le meilleur de l'info régionale. Une sélection rien que pour vous, pour rester en lien avec vos régions.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "La Quotidienne des Régions". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Nous n'avons plus les mots pour exprimer notre dégoût" sur le réseau social X, l'association Utopia 56 ne cache pas son malaise. Une réaction à la nomination, jeudi 8 février 2024, de Guillaume Kasbarian, comme ministre du logement. 

Un ministre pour les propriétaires et contre les précaires ?

Au cœur des inquiétudes des associations de solidarité, la paternité de la loi anti-squat du nouveau ministre et député d'Eure-et-Loir. Votée fin 2022, elle vise à "accélérer les procédures" d'expulsion au bénéfice des propriétaires. Elle avait alors concentré la colère des associations de lutte contre la précarité. La Défenseure des droits, en pleine crise sociale, s'en était aussi inquiétée, craignant un "détournement de procédures".

C'est une déclaration de guerre aux locataires.

Eddie Jacquemart, président de la Confédération nationale du logement

Cette nomination prend alors des allures de "provocation" aux yeux de Pascal Brice, président de la fédération des acteurs de la solidarité, qui s'exprimait sur Franceinfo peut avant son officialisation. Au point de ne plus savoir s'il s'agit de "mépris" ou d'"inconscience" de la part du gouvernement Attal. 

Le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Christophe Robert, a de son côté confié à l'AFP "espérer que le nouveau ministre délégué au Logement sera plus attentif aux souffrances des mal logés et aux difficultés que connaissent nos concitoyens en matière de mal-logement qu'il ne l'a été au moment où il a porté une loi qui a fait beaucoup de dégâts".

Invité à agir rapidement "pour lutter contre la ségrégation spatiale"

Emmanuelle Cosse, présidente de l'Union sociale pour l'habitat, choisit de son côté un message incitatif en direction du nouveau ministre : "Le choix des hommes et des femmes est un élément qui compte, mais nous attendons avant tout du nouveau ministre du Logement qu'il aille vite dans la mise en œuvre des décisions de la loi de Finances pour 2024 et qu'il pèse dans les arbitrages à venir. Nous attendons également de lui une décision claire : il ne faut pas dégrader les efforts entrepris depuis des années pour lutter contre la ségrégation spatiale. Il ne faut pas abîmer la loi SRU."

Une crainte exprimée par l'Union sociale pour l'habitat qui tient son origine dans le discours de politique générale de Gabriel Attal, le 30 janvier. Il propose alors d’intégrer la construction de logements intermédiaires dans le quota de 25% initialement consacré aux logements sociaux dans le cadre de la loi SRU de 2000. Le Premier Ministre affirme par la même occasion sa volonté de donner à la main aux maires, quant au choix de l'attribution des "nouveaux logements sociaux construits sur leur commune".

Des annonces qui, selon les associations, mettent en danger le principe du logement social et son accessibilité aux plus précaires. 

Construire plus pour loger plus ? 

Le président de la Fédération nationale de l'immobilier, Loïc Cantin, juge quant à lui que Guillaume Kasbarian "a montré une volonté, une action et un investissement forts", lorsqu'il a travaillé sur la loi anti-squat. "Les premières annonces du gouvernement fin janvier ne sont pas à la hauteur et ne répondent pas aux enjeux actuels", a également affirmé dans un communiqué l'Alliance pour le logement, rassemblement des organisations professionnelles du secteur. 

Il est temps de mettre tous les moyens pour relancer, partout en France, la construction neuve et dynamiser la rénovation de logements

Loïc Cantin, président de la Fédération nationale de l'immobilier

Le nombre de permis de construire délivrés en 2023 a chuté de 23,7% à 373.100, alors que selon plusieurs fédérations professionnelles, il en faudrait plutôt autour de 500.000 par an pour résorber les besoins.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité