Cet article date de plus de 4 ans

The bridge 2017 : l'Eurélien Francis Joyon 2ème avec son maxi trimaran Idec Sport

Le Trimarac Idec Sport a coupé la ligne d'arrivée dans la nuit du lundi 3 au mardi 4 juillet. Francis Joyon et son équipage étaient attendus par François Gabart, le vainqueur de cet événement unique.
Le Maxi Trimaran IDEC SPORT de l'Eurélien Francis Joyon est arrivé à New-York
Le Maxi Trimaran IDEC SPORT de l'Eurélien Francis Joyon est arrivé à New-York © Idec Sport
Parti de Saint-Nazaire le 25 juin dernier , le  maxi trimaran Idec Sport de Francis Joyon a franchi la ligne d’arrivée de The Bridge 2017 sous le pont de Verrazano à New York City ce mardi 4 juillet à 00 heures, 9 minutes et 3 secondes.

The Bridge est un rendez-vous inédit, la célébration de 100 ans de fraternité entre la France et les États-Unis, une course transatlantique historique entre le Queen Mary 2 et une flotte de trimarans géants sur les traces retour du débarquement de 1917.

Un siècle après l’arrivée des premiers soldats américains venus défendre la liberté aux côtés des Alliés, la transat du Centenaire est le terrain de jeu d‘une superbe chevauchée océanique, voici quelques morceaux choisis sur les réseaux sociaux :


Le temps de course du trimaran, sponsorisé par le groupe Idec, basé en Loir-et-Cher, sur les 3 152 milles (5 837 km) du parcours, est de 8 jours, 11 heures, 9 minutes et  3 secondes, à la moyenne de 17,16 nœuds. Il a en réalité parcouru 3486,60 milles sur le fond, à la vitesse moyenne de 17,2 nœuds. Francis Joyon, natif de Hanches en Eure-et-Loir, et son équipage, terminent 2ème de l'épreuve, derrière François Gabart, qui était là pour l'accueillir.

Certains n'en ont pas fini avec The Bridge 2017, Francis Joyon, lui  a peut-être déja d'autres idées en tête. Son dernier défi, le trophée Jules Verne, tour du monde sans assistance, avait été relevé avec succès en début d'année  ► http://bit.ly/2tHdzuL

The Bridge, une grande fête, pas seulement sur l'eau...



The Bridge  a été conçu et imaginé comme un pont fraternel. L'événement fait aussi la part belle au jazz et au basket, témoins d’un siècle d’échanges culturels et amicaux entre les deux pays. Cet événement France-USA est parrainé par le basketteur Tony Parker, symbole des liens tissés depuis plusieurs générations entre des hommes, séparés par l’océan mais unis par des liens indéfectibles.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport mer voile monde international