A Orléans, de la ganache au panache