Chinon : coup de cœur de la Fondation du Patrimoine pour la salle du jeu de paume qui décroche une aide exceptionnelle

Pour ses 25 ans (1996-2021), la Fondation du patrimoine attribue une aide exceptionnelle à 5 projets choisis pour leur impact socio-économique ou environnemental, leur qualité et leur exemplarité. Et décerne son coup de cœur à la salle du jeu de paume de Chinon, pour un montant de 400 000 €

C'est un soutien de poids que vient de décrocher le projet de restauration de la salle du Jeu de Paume à Chinon. En en faisant le coup de coeur de son fonds Impact, la fondation mise sur ce chantier, lui attribue toute sa confiance...et un gros chèque : 400 000 € !

L'annonce en a été faite samedi 9 octobre, ainsi libellée :

"COUP DE CŒUR DE LA FONDATION : la salle du Jeu de Paume à Chinon en Indre-et-Loire, site rare datant de la Renaissance. Sa réhabilitation permettra d’organiser des tournois nationaux et internationaux de ce sport français à redécouvrir, ainsi que des manifestations culturelles (400 000 €)."

 

Classée Monument Historique en décembre 2015, cette salle a été rachetée à la ville en 2017 par Simon Berry, un mécène anglais, passionné de jeu de paume (le précurseur du tennis), et qui entend bien faire revivre ce site historique.

Mais le vénérable bâtiment revient de loin : régulièrement menacé de destruction, il a servi d’écurie et garage pour les calèches des troupes de cavalerie à la fin du XVIIIe siècle, et, plus récemment, comme entrepôt à volailles. Il a conservé ses murs et sa charpente à chevrons d’origine, datée de 1587. En 1970, il est sauvé de la disparition par les Chinonais et notamment par la Société des Amis du Vieux Chinon.

Située au cœur du vieux Chinon (dans la rue, évidemment, dite du Jeu de Paume...), cette salle du XVIe siècle constitue, selon la Fondation du Patrimoine, "un héritage unique, l’un des derniers sites de Jeu de Paume de cette époque encore existant avec celui du château de Fontainebleau. Les quatre autres sites (Pau, Bayonne, Bordeaux et Paris) sont plus récents."

Guide-conférencière pour Chinon, ville d'Art et d'Histoire lors des récentes journées du patrimoine, Anne-Sophie Ascher nous décrivait la grande popularité du jeu de paume entre les XVè et XVIIIè siècles :

"Il faut se souvenir qu'à l'époque, à Chinon, il y avait pas moins de 5 jeux de paume, et plus de 250 à Paris ! C'était de la folie, l'engouement pour ce jeu était énorme, toutes les classes de la société pouvaient le pratiquer, aussi bien des soldats que des clercs, des apprentis et des nobles ou des étudiants..."

Un financement qui tombe à pic pour épater la galerie avec son jeu de raquette

Tous ceux qui pouvaient payer la location du matériel et de la salle étaient admis à jouer. Comme au tennis, les joueurs de paume devaient se renvoyer la balle au-dessus d’un filet grâce à une raquette, mais la balle pouvait rebondir sur les murs, les galeries.

Le jeu de paume (ou courte paume) a laissé à la langue française de nombreuses expressions telles que "rester sur le carreau", "épater la galerie", "tomber à pic", ou encore "qui va à la chasse perd sa place", pour n’en citer que quelques-unes.

Progressivement abandonnée en France, cette discipline sportive reste pratiquée dans le monde (environ 10 000 joueurs) et est dominée par les anglo-saxons (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Australie). A noter, toutefois, que la numéro deux mondiale de la discipline est une française :

Je suis particulièrement sensible à l’idée qu’une salle historique puisse être sauvée. La courte paume est un sport chargé d’une tradition de mixité depuis le XVe siècle. Pouvoir perpétuer cette tradition dans un lieu aussi magique sera un honneur.

Léa Van der Zwalmen, numéro 1 française de courte paume

 

Le montant total des travaux pour la salle chinonaise doit s'élever à près de 2 millions d'euros (500 000 pour les travaux d'urgence). Le projet est particulièrement ambitieux, ce qui lui a valu, sans doute, ce coup de coeur de la Fondation du Patrimoine :

"Cette salle historique permettra d’ajouter Chinon aux rares villes françaises possédant encore une salle en activité. Elle s’inscrira ainsi dans une dynamique de redéveloppement de ce sport français. A l’issue de sa restauration, le site accueillera des visiteurs grâce au développement de tournois nationaux et internationaux. Cette activité permettra de maintenir également des métiers liés à des savoir-faire historiques (balles, raquettes, entretien du terrain) et la création de nouveaux emplois dans la zone de Chinon."

Un petit musée dans le bâtiment annexe est envisagé permettant ainsi de raconter l’histoire de la Paume aussi bien en France. Enfin, il est également envisagé d’utiliser la salle, comme lors de la Renaissance, pour des représentations théâtrales ou des expositions artistiques.
 

Cette salle représente une opportunité exceptionnelle de sauvegarder le patrimoine sportif français tout en permettant d’y restaurer l’activité d’origine. Une chance pour Chinon et les chinonais, mais il y a urgence !

Thierry Bernard-Tambour, Chargé du développement et de l’Histoire au sein du Comité français de courte paume

Une collecte pour la salle chinonaise du jeu de paume (montant à atteindre 21 300€) est également en cours sur le site de la Fondation du Patrimoine.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture patrimoine sport histoire