• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

L'Europe en Centre-Val de Loire, la Politique Agricole Commune

Colza en Touraine / © X.Naizet
Colza en Touraine / © X.Naizet

Créée en 1962 et sans cesse révisée depuis plus de cinquante ans, la PAC (Politique Agricole Commune) est une aide incontournable pour les agriculteurs du Centre-Val de Loire. Elle représente, chaque année, plus de 600 Millions d'euros versés aux agriculteurs de la région. 

Par Alain Heudes

Lorsqu'elle apparaît, le 30 juillet 1962, la PAC a pour objectif de garantir l'autosuffisance alimentaire de l'Europe et d'assurer le développement de zones rurales à travers les différents Etats membres ( 6 pays à la création de la C.E.E en 1957).
Cette philosophie ( dans une Union Européenne élargie à 28 pays en 2013 ) reste prioritaire, mais les multiples évolutions de la PAC ont progressivement changé la donne pour les agriculteurs bénéficiaires.

Pour le Centre-Val de Loire, région majeure en Grandes Cultures céréalières ( 2e région française pour le blé tendre, l’orge et le blé dur ), les subsides de l'Europe ont longtemps privilégié le développement d'exploitations de taille moyenne à conséquente, capables de positionner leurs productions sur le marché international.
Aujourdhui encore plus de 40 % de la production régionale de blé tendre est exportée, représentant 4 Millions de tonnes par an, sur un total de 9 millions de tonnes de céréales produites.

Ce modèle n'est cependant plus le seul à bénéficier de l'aide européenne.
En 2014 a débuté la mise en oeuvre d'une énième révision de la PAC ( période 2014-2020) incluant de nouvelles Mesures Agro-Environnementales et Climatiques (MAEC), renforçant la volonté européenne de défendre la biodiversité et les paysages, tout en maintenant des conditions économiques viables pour les agriculteurs des 28 pays.
Cette volonté n'a pas encore bouleversé la vision d'une agriculture tournée vers la productivité et l'export, essentiellement défendue par les Etats du nord et du centre de l'Europe, mais -en France - des exploitations de tailles intermédiaires et de productions plus variées en ont été les bénéficiaires.

Selon les chifrres de la DRAAF Centre-Val de Loire ( Direction Régionale de l'Agriculture, de l'Alimentation et de la Forêt ) :

"Près de 20 000 exploitations ont bénéficié d'une aide en 2015, en moyenne égale à 28 500 euros. C'est dans le Cher, où les exploitations sont de grande taille, que cette aide moyenne par bénéficiaire est la plus élevée (35 300 €), suivi par l’Eure-et-Loir (30 300€). En Indre-et-Loire, le niveau moyen d’aide est le plus faible (23 000 euros). Ces écarts tiennent, pour une part, à la nature des productions diversement aidées mais aussi à la taille des exploitations. Les aides animales concernent essentiellement l'Indre, suivi du Cher, et se composent principalement de l’aide aux bovins allaitants."  

Dans cette actuelle version de la PAC, chaque année 37 millions d’euros d’aides aux exploitations du Centre Val-de Loire sont liées au développement rural, ce que l'on appelle le 2ème pilier de la PAC.
Ce deuxième pilier ou "programme de développement rural 2014 - 2020" est organisé par mesures :
Transfert de connaissance et actions d’information
Services de conseil ou de remplacement sur l’exploitation
Investissements physiques
Mesures de protection des exploitations agricoles
Développement des exploitations agricoles et des entreprises
Services de base en zone rurale
Développement des entreprises d’exploitation forestière
Mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC)
Agriculture biologique
Paiements au titre de la directive sur l’eau
Paiements en faveur des zones soumises à des contraintes naturelles
Coopération
Soutien au développement local (programme LEADER)

Cette période PAC 2014-2020 arrive à son terme et la nouvelle version de la Politique Agricole Commune est en gestation. Bien des pistes ont été avancées mais l'interrogation essentielle porte sur le montant du futur budget. Sous la pression de nombreux Etats Européens très libéraux une baisse des aides PAC semble inéluctable.
Les agriculteurs du Centre-Val de Loire sont donc anxieux de connaître les futures régles du jeu agricole européen.

 
La PAC vue par deux agriculteurs d'Indre-et-Loire


 

Retards de paiement des aides PAC

De nombreuses exploitations du Centre-Val de Loire se disent en situation grave en raison du retard de versement d'aides européennes.
Il s'agit surtout des aides du deuxième pilier de la PAC, les MAEC ( Mesures agro-environnementales et climatiques ) et les aides aux développement de l'agriculture biologique.
La Confédération Paysanne, troisième syndicat agricole français, "demande en urgence que l’Etat assume ses responsabilités en se chargeant d’obtenir des aménagements de trésorerie auprès des banques, en assurant la résorption des retards et en s’assurant que les cas des exploitations les plus en péril soient traités en priorité."

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus