Feu vert de l’Etat pour l’ouverture d’une faculté dentaire en Centre-Val de Loire en 2022

Publié le
Écrit par Catherine Lacroix
Illustration
Illustration © Anthony Borlot / France 3 Bourgogne

L'Etat et la Région viennent d’annoncer l’ouverture d’une faculté dentaire en 2022. Une annonce très attendue par les habitants de la région en sous-effectif de professionnels, et par les élus et acteurs des territoire. L'épilogue d’un long combat mené depuis deux ans.

La région souffre d’un indéniable déficit de professionnels. Si elle est mal pourvue de médecins, la classant en tête des déserts médicaux, la situation en termes de chirurgiens-dentistes n’est pas plus brillante. En France, on estime à 67 chirurgiens-dentistes pour 100 000 habitants. Dans la région, ce nombre tombe à 45 pour 100 000. Avec bien sûr de grandes disparités selon les territoires. Les plus ruraux comme le Berry sont les moins bien dotés.  

Un investissement très attendu

A la faculté de médecine de Tours, ce projet est très attendu. Les responsables se sont mobilisés pour montrer l’urgente nécessité de remédier à ce manque de formation régionale, directement lié à la situation qu’on connaît en Centre-Val de Loire. « Nous sommes pénalisés dans la Région par le fait de n’avoir qu’une seule fac de médecine et pas de fac d’odontologie » expliquait Frédéric Denis, odontologiste, maître de conférence et actuel responsable de cet enseignement au sein de la faculté de médecine, il y a quelques mois à notre confrère.  

Les étudiants ayant naturellement tendance à rester proche de leur lieu d’études, une fois diplômés et installés, l’arrivée d’une fac spécialisée pourrait contribuer à des installations régionales. Selon les projections de l’observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS), le Centre-Val de Loire doit voir s’installer 260 chirurgiens-dentistes de plus entre 2021 et 2027, soit une cinquantaine par an.

Un projet financé en grande partie par la Région

Parce qu’il y a urgence à former ces professionnels dont les habitants ont besoin, la Région a annoncé par son Président François Bonneau, dans un courrier envoyé au Premier Ministre Jean Castex, son engagement à hauteur de 3,5 millions d’euros sur un coût total de 5,5 millions d’euros, à condition que l’Etat prenne la décision d’ouverture dès la rentrée 2022 pour la formation de 50 dentistes par an pour notre région. En demandant expressément que la formation pratique soit répartie sur l’ensemble des départements de notre région, avec l’implantation de fauteuils d’application répartie selon les besoins identifiés dans chaque territoire.

Cette volonté commune  a  porté ses fruits. « Grâce à un engagement régional conséquent, au-delà de ses compétences, et à la mobilisation des professionnels de santé et des élus départementaux et locaux, cette décision tant attendue a été prise. La Région, comme elle s’y est engagée, prendra toute sa part pour que cette nouvelle formation basée à Tours dès la rentrée 2022, s’inscrive dans un maillage territorial permettant à chacun l’accès aux soins » vient de déclarer François Bonneau.

« On est prêts »

Patrice Diot, le doyen de la faculté de médecine, nous expliquait en mai dernier : « l’objectif c’est de pouvoir dire aux étudiants qui entrent en médecine en 2021, qu’ils auront la possibilité de faire leur deuxième année en odontologie à Tours » puis d’ouvrir la 3e année et ainsi de suite. C’est désormais chose faite. Avec cet accord, tous les responsables espèrent éviter d’en arriver à la même situation que pour les médecins.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.